~ L'herboristerie domestique revisitée ~

Comment créer facilement ton propre jardin médicinal ?

 

Je ne sais pas toi, mais moi l’actualité du moment m’a mis une grosse baffe. Elle m’a notamment fait prendre conscience de l’importance d’accroitre notre capacité d’autonomie et de résilience au quotidien et notamment en matière de santé.

Heureusement, il existe de nombreuses choses à faire pour reprendre ta santé en main avec les plantes comme par exemple faire pousser tes propres remèdes dans ton jardin ou sur ton balcon.

« Ben comment ça faire pousser ses remèdes ? Genre toi ta pharmacie maison c’est ton jardin ? »

Bah ouais ! Plutôt que de courir systématiquement à la pharmacie pour le moindre bobo, ou d’acheter des gélules de plantes en poudre horriblement chères, cultiver tes propres plantes médicinales au jardin t’apporte de nombreux avantages :

  • La garantie de toujours avoir des plantes fraîches bourrées de molécules actives à portée de main ;
  • La garantie d’être toujours sûr de la qualité de ton produit ;
  • La garantie de faire des économies (compare le coût d’un pot de gélules de plantes en pharmacie avec le coût de ce qui pousse dans ton jardin) ;
  • La garantie de ne pas te tromper dans l’identification des plantes (si tu pratique la cueillette sauvage) ;
  • Le plaisir de voir, toucher, sentir, transformer toi-même tes plantes médicinales et de développer ton expérience de l’herboristerie familiale.

Besoin d’un petit sirop pour la toux ? Allez hop, Quelques branches de thym du jardin ! Des problèmes de digestion ? Quelques feuilles de menthe fraîche ! Plus besoin de courir systématiquement à la pharmacie, il n’y a qu’à se pencher et ramasser.

Dans cet article, j’ai donc invité Justine du blog « Un matin au jardin » à venir te donner ses meilleurs conseils de jardinière passionnée pour débuter facilement tes cultures de plantes médicinales.

Aller hop ! Tout le monde sort ses pots, son terreau, ses semis et en avant pour l’atelier jardinage!  (oui même toi qui te cache derrière ton râteau, tu crois qu’on ne t’a pas vu ?)

Vas-y Justine, c’est à toi !

Pourquoi créer ton propre jardin de plantes aromatiques et médicinales ?

Et si tu n’avais que quelques pas à faire pour te procurer de savoureuses tisanes bio, entièrement naturelles ? Ou pour ramasser de quoi assaisonner tes plats toute l’année de façon économique ?

Quelle plus belle façon de terminer un repas entre amis ou en famille qu’en leur faisant choisir leur tisane digestive directement dans tes plates-bandes ? A moins tu ne préfères leur offrir une liqueur de fabrication maison ?

Tout cela est parfaitement possible en cultivant des plantes aromatiques et médicinales dans ton jardin, d’autant que la plupart de ces plantes sont assez communes et très faciles à cultiver.

Ce serait dommage de se priver de leurs bienfaits, d’autant qu’elles présentent de nombreux autres avantages, comme d’attirer les insectes pollinisateurs (fleurs de Calendula, de Romarin, de Camomille) ou de servir à réaliser des traitements naturels efficaces pour ton potager (purin d’Ortie, de Consoude…).

Ton jardin médicinal peut ainsi devenir un moyen précieux de soulager facilement les petits bobos du quotidien tout au long de l’année, grâce aux plantes que tu auras à portée de main.

Je t’explique tout de suite comment faire…

Cultiver des plantes médicinales dans ton jardin bio : mode d’emploi

Il existe une multitude de plantes aromatiques et médicinales. Il serait bien difficile d’en donner une description complète et exhaustive dans un seul article de blog. Pour les cultiver, c’est donc comme n’importe quelle plante, il suffit de respecter leur besoin en matière :

  • De qualité du sol : Humique ou sec et drainant ? Calcaire ou acide ?
  • D’exposition : à l’ombre ou au soleil ?
  • De rusticité : est-ce que la plante peut résister à l’hiver dehors, ou a-t-elle besoin d’être abritée ? Faut-il la cultiver en pot ?

Les conseils donnés ici sont valables pour la moitié sud de la France et la façade ouest, avec un terrain neutre à calcaire qui correspond aux conditions de mon jardin. Pour les autres climats plus froids (nord de la Loire et montagne, terrains acides) il faudra adapter ces conseils en créant des micro-climats dans ton jardin ou bien en décalant tes cultures dans la saison.

Pour ce faire, voici comment cultiver en pleine terre et en pot les plantes médicinales vivaces et annuelles et comment toujours les garder à portée de main, en cas de besoin.

Les plantes médicinales à cultiver en pleine terre

Sur terrain sec

Quand on parle jardin médicinal, on pense immédiatement aux plantes méditerranéennes : thyms, sarriette, marjolaine, origan, laurier, romarin, lavandes, sauges, plante-curry.

Il existe une multitude de variétés pour chacune : tu auras forcément le choix.

Ces plantes attirent d’ailleurs nombre d’abeilles et de papillons !  Chez moi, le Romarin fleurit pratiquement toute l’année, offrant aux abeilles une source de nourriture continue.

Ces plantes demandent un terrain bien drainé et supportent le calcaire. Une butte en pente exposée plein sud ou sud-est est parfaite. Il convient d’ajouter des cailloux et des graviers au pied de ces plantes pour éviter la stagnation de l’humidité.

Source : Un matin au jardin

L’entretien se réduit à une taille des infloraisons séchées à la fin de l’hiver/début du printemps avec une cisaille. Tailler en fin d’hiver permet de laisser plus d’habitats pour la faune qui utilise tiges séchées et autres broussailles pour faire leurs nids au printemps. De plus, ces tiges et fleurs séchées constituent de petits décors pour agrémenter la maison en hiver.

Installe une plate-bande ou une butte d’aromatiques à proximité de ta cuisine ou de ta maison, à un endroit où il te sera plaisant et facile de te rendre pour cueillir une branche de sauge ou un bouquet de ciboulette à la dernière minute.

Puis, dispose les plantes à 50 à 60 cm les unes des autres et paille-les avec des graviers. Tiens compte de la taille adulte de ces plantes lors de la plantation : un laurier-sauce devient un arbuste de plusieurs mètres d’envergure. Tu seras obligé (e) de le tailler pour lui maintenir une taille adaptée à ton jardin. A moins que tu ne décides de respecter sa nature exubérante en lui laissant un emplacement à sa noble mesure : cela t’évitera du travail. Les feuilles peuvent être séchées à l’avance pour en avoir un petit stock à la cuisine.

Si tu possèdes un terrain sec plus acide, tu peux aussi choisir de planter des aromatiques adaptées à ce type de sol, comme la Lavande papillon (Lavandula stoechas), qui procure un parfum très camphré. Elle se cultive sur un sol bien drainé. Pour acidifier ton sol, tu peux également utiliser soit de la terre de bruyère ou pailler tes plants avec du paillis de conifères.

Sur terrain frais

Si tu possèdes dans ton jardin un sol plus humide et argileux, ou que tu souhaites aménager un petit coin à l’ombre, au bord d’un bassin ou au pied d’un arbre, alors tu trouveras de nombreuses plantes aromatiques pour faire ton bonheur.

La livèche, le cerfeuil musqué, la mélisse, la ciboulette, la camomille, la menthe, la monarde sont des plantes vivaces qui supportent des conditions un peu plus fraîches, voir même de l’ombre et qui seront ravies de prendre place dans ton jardin.

Les plantes aromatiques vivaces ou annuelles à cultiver dans ton potager

Les plantes annuelles comme la ciboulette, le persil, la coriandre, le basilic peuvent être cultivées facilement dans le potager, à côté de tes légumes.

Le semis de persil en revanche est un peu capricieux. Si tu es novice en jardinage, je te recommande de l’acheter en mini-mottes et parfois, il arrive qu’il se ressème tout seul si l’endroit lui plait, tout comme le Souci (Calendula officinal) et la Bourrache qui se ressèment également toutes seules. Si tu es un(e ) jardinier(e ) « paresseux(se) » tu ne manqueras pas de les laisser vivre leur vie. Elles pourront ainsi prendre leur aise si les conditions leur plaisent.

Les vivaces (ciboulettes, thym, origan, sarriette, sauge) repoussent quant-à-elles d’une année sur l’autre et restent donc plusieurs années au même endroit. On peut les utiliser pour faire des bordures (en carré par exemple). En délimitant ainsi les zones de ton jardin, tu pourras lui donner un petit côté jardin de curé.

Les plantes aromatiques à cultiver en pot

Si tu possèdes une terrasse ou un balcon, tu peux également y cultiver des plantes aromatiques et médicinales car la plupart de ces plantes se cultivent en pot.

Concernant les plantes aromatiques exotiques comme le gingembre, la verveine citronnelle, la citronnelle (lemongrass), il est même préférable, voire obligatoire de les cultiver en pot.

De même, toutes les plantes vivaces et gélives sous ton climat devront être cultivées en pot. Le problème avec la culture en pot réside cependant dans l’hivernage de ces plantes : il faut prévoir où les entreposer. Pour ma part, je garde ces plantes à l’extérieur dans un endroit le moins froid possible et bien abrité, contre un mur exposé au sud ou sous un porche. Je ne les rentre au garage ou dans la serre que lorsque le gel menace. Je les ressors le plus tôt possible pour éviter un trop long séjour sans lumière. Les pots peuvent également être emmaillotés. C’est ce que je fais pour les agrumes qui sont trop lourds pour être facilement transportables. En général, les aromatiques sont cultivées dans des pots encore assez petits pour être déplacés facilement.

Le pot sera à hiverner dans une serre froide (véranda) ou dans une pièce non chauffée. Si la plante perd ses feuilles, comme la verveine, elle peut être stockée dans une pièce non lumineuse comme un garage, si vraiment tu n’as pas d’autres solutions. A long terme, la plante souffrira de ces conditions.

Les plantes plus exotiques comme le gingembre peuvent passer l’hiver à la maison.

Au jardin, certaines plantes peuvent quant-à elles être envahissantes, comme les menthes. Si tu ne veux pas voir tes plants de menthe coloniser ton jardin, alors je te conseille également la culture en pot.

Enfin, toutes les plantes méditerranéennes se prêtent bien à la culture en pot sur un balcon ou une terrasse à condition de les arroser régulièrement pour ne pas qu’elles se déssèchent.

Mes astuces pour réussir tes cultures en pot à tous les coups

La culture en pots demande toujours un peu plus d’attention qu’en pleine terre. Voici quelques astuces à connaître pour mettre toutes les chances de ton côté :

  • Plus le pot est gros, moins les variations d’humidité et températures seront brutales ;
  • Il faut veiller à bien arroser tes plants et à ne pas laisser le pot sécher, même pour les plantes méditerranéennes réputées pour résister au sec. Dès que les premiers centimètres de terre en surface sont secs, il faut à nouveau arroser, car la pluie n’est pas toujours suffisante pour arroser les pots en profondeur ;
  • En cas de canicule, pense à arroser tous les jours. Pour cela, tu peux également récupérer l’eau de nettoyage des légumes pour la verser dans tes pots ;
  • Un terreau de qualité donnera toujours de meilleurs résultats. Choisis un terreau sans tourbe car cela est plus respectueux de l’environnement (zéro gaspi !);
  • Il est indispensable de fertiliser tes pots d’aromatiques avec un engrais bio en poudre à mélanger à la surface de la terre pour que tes plantes soient au top. On trouve ces engrais sous la dénomination « plantes aromatiques » ; « méditerranéennes » ou encore « agrumes ». Ces engrais ont une composition NPK de 5-5-8, si tu cultives les deux chez toi, inutile d’acheter deux bidons, le même produit conviendra. Sinon, un engrais complet pour potager peut aussi convenir en en mettant deux fois moins (car il est deux fois plus concentré). En pleine saison, je te recommande même de mettre un peu d’engrais liquide à chaque arrosage pour leur donner un coup de fouet et compenser les récoltes ;
  • Pense à rempoter tes plantes aromatiques chaque année.

Liste des plantes médicinales à cultiver en pleine terre ou en pot

Plantes médicinalesCulture en potCulture en pleine terre
Les classiques
Saugexx
Thymxx
Lavandexx
Romarinx
Sarriettexx
Marjolaine / Origanxx
Laurierx
Basilicxx
Persilxx
Calendulaxx
Menthesxx
Mélissexx
Estragonxx
Fenouilx
Camomillexx
Les exotiques
Gingembrex
Verveine citronnellexSeulement en climat chaud
Vraie citronnelleX
Poivre de SichuanX

Ces autres plantes médicinales du jardin auxquelles on ne pense jamais

Au jardin, de nombreuses plantes sont cultivées pour être mangées. Pourtant, certaines possèdent également des propriétés médicinales oubliées et peuvent être utilisées en tisanes ou sous formes d’autres remèdes maisons, comme :

  • Les feuilles de cassissiers,
  • Les queues de cerises,
  • Les carottes,
  • Le fenouil,
  • L’ail,
  • Le navet…

Les plantes sauvages du jardin (tu sais, les fameuses mauvaises herbes !) recèlent également des vertus médicinales oubliées, et sont de véritables trésors pour la santé comme par exemple : l’Ortie, le Plantain, la Prêle, la Chélidoine, l’Aubépine ou encore le Tilleul et ses célèbres fleurs.  Elles peuvent être utilisées en tisane, mais également en cataplasme, mangées en salade de printemps avec les jeunes pousses (Pissenlit, Achillée millefeuille, Pimprenelle) ou bien en soupe (si tu n’as jamais testé la soupe d’ortie, c’est un régal !). Gratuites et souvent abondantes, ne te prive surtout pas de leur présence. Tu peux même leur laisser un coin sauvage dans ton jardin.

Quel est le meilleur emplacement pour mes plantes aromatiques et médicinales ?

Les plantes aromatiques et médicinales sont des plantes que tu vas récolter souvent. Personnellement, il m’arrive souvent de décider à la dernière minute de l’assaisonnement d’un plat. Pense donc à cultiver tes plantes aromatiques au plus près de la maison, voire de la cuisine pour pouvoir faire des récoltes au pied levé (sans courir systématiquement au fond du jardin).

Les plantes à garder près de la cuisine

Nous l’avons vu, les plantes aromatiques et médicinales doivent être cultivées au plus près de leur lieu d’utilisation. En général, c’est près de la cuisine et/ou de la terrasse. A toi de décider du meilleur emplacement, selon tes habitudes.

Les plantes qui sont récoltées, séchées puis stockées en pot, comme le Laurier sauce peuvent pour leur part être plantées un peu plus loin de la maison.

Les plantes sur butte ensoleillée : facile et rapide à mettre en place

Une petite pente au soleil est l’endroit idéal pour installer des plantes aromatiques en particulier les plantes qui aiment le soleil comme les aromatiques méditerranéennes. Mets les plantes les plus petites (origans, thym, etc…) au premier plant et les plantes les plus hautes en haut de la butte.

La spirale d’aromatiques : s’inspirer de la permaculture.

Les plantes aromatiques peuvent également être plantées dans une butte caillouteuse en spirale. C’est un aménagement paysager que je trouve personnellement lourd à mettre en place, mais elle permet de cultiver une grande quantité de plantes au même endroit.

Les plantes qui demandent le plus d’eau seront ainsi plantées en bas de la butte et celles qui demande de l’ombre du côté nord. Les plus résistantes seront placées tout en haut, au sec.

Où se procurer de bonnes plantes aromatiques et médicinales à mettre au jardin ?

Tu trouveras les plantes les plus communes chez ton horticulteur habituel.

Voici des pépinières en ligne que j’ai personnellement testé qui ne te décevront pas :

  • Les senteurs du Quercy qui est spécialisée en plantes aromatique et de climat sec, j’ai eu plusieurs fois l’occasion de leur acheter des plantes sur les foires aux plantes. Ils ont également une boutique en ligne ;
  • Promesse de Fleurs pépinièriste généraliste en ligne qui propose un très large choix ;
  • La ferme de Sainte Marthe, ferme permacole productrice de semence et de plants aromatiques et médicinales bio, à acheter en ligne ;
  • Kokopelli, association de graines paysannes libres de droits et reproductibles ;
  • Arom’antique, pépinière de plantes médicinales et anciennes

En ligne ou IRL, un bon pépinièriste ou horticulteur doit pouvoir te renseigner et te guider sur les besoins des plantes que tu souhaite acquérir.

Te voilà maintenant prêt(e) à cultiver tes propres plantes médicinales !

Tu l’as vu, il est relativement simple de cultiver des plantes aromatiques et médicinales pour s’offrir condiments et tisanes à portée de main. Il suffit de trouver les plantes qui conviennent à ton jardin ou de leur offrir les conditions qu’elles aiment en leur créant un micro-climat (spirale d’aromatique ou culture en pots). Il y en a tellement que tu trouveras forcément les plantes aromatiques qui conviennent à ton jardin et à tes besoins. Les plus communes sont nos compagnes de longue date et donc s’adaptent à de nombreuses situations.

Pour te faciliter la vie, pense à les cultiver au plus près de là où tu les utilises.

Dernier conseil à retenir : ne te décourage pas. Le jardinage, c’est jouer avec le vivant, parfois ça marche et parfois ça marche moins bien.

 

Et toi, es-tu prêt( e )  à créer ton jardin de plantes médicinales ?

Partage tes expériences en commentaire !

 

Et si tu veux en savoir plus sur la culture bio des plantes aromatiques et potagères, va vite jeter un œil au blog de Justine, et notamment son super article : Pourquoi il est intéressant de jardiner bio quand on veux se mettre au zéro déchet”.

 

 

Recette : Sirop de Thym sauvage contre la toux

 

– Ben Chéri ? Pourquoi tu te mets à tousser comme un tuberculeux tout d’un coup ?

Tousse, tousse, tousse….. Silence…. Mouchage de nez

– Ben, et t’as le nez qui coule en plus ?

Remouchage de nez… Silence…. Tousse tousse, puis un long râle….A nouveau le silence…

– Oh non… T’as chopé le corona… Il a le corona !!!!!!!!!!! Aaaaaahhh (mode panique on)

Silence

– Mais non c’est rien, juste un petit rhube et un début de bronchite (snif), ça va passer…Tousse tousse

– Euh, okay…. Bon ben va falloir aller à la pharmacie alors…. Oh non, c’est dimanche, et en plus avec ce confinement, il faut une attestation, la galère ! Bon écoute, bouge pas, je vais te faire un remède maison, ça devrait aller mieux après…

Bruit de farfouillage dans les placards de la cuisine

« Yiiihaaaa, nous sommes sauvés !! » M’écriais-je, en faisant au passage sursauter le chien qui jusqu’à présent, ronflait.

Victorieuse, je brandis ce qui ressemble étrangement à un vieux bouquet garni séché.

– Mais qu’est-ce que tu vas faire avec ce thym ? Un pot au feu ?

– Non mieux, un sirop de thym maison. Tu vas voir, c’est hyper efficace contre la toux, et EN PLUS, c’est délicieux. Aller aller, hop je m’y mets, tu m’en diras des nouvelles !

Les vertus et bienfaits oubliées du Thym vulgaire

Non, le thym n’est pas qu’un aliment condimentaire. Très connu aujourd’hui pour aromatiser les plats, cette plante méditerranéenne des garrigues possède également de nombreuses propriétés médicinales, très connue des paysans provençaux.

Désinfectant puissant, stimulant général, antispasmodique, expectorant, il s’avère particulièrement efficace pour soulager l’ensemble des affections de l’hiver (rhumes, maux de gorges, toux, grippe, bronchite) et des problèmes respiratoires.

Il est également très utile en cas de difficultés digestives (carminatif) et de fatigue chronique (tonique général).

Comment cultiver et cueillir le Thym ?

Plante incontournable de la pharmacie domestique, le Thym est très facile à cultiver. Il est en effet très aisé de le faire pousser dans son jardin, ou même en pot sur un balcon, dans un sol drainant et très caillouteux.

Si tu as la possibilité d’aller le cueillir dans la garrigue, c’est encore mieux ! Les conditions de vie rude du Thym sauvage en milieu très sec lui confèrent une plus grande proportion en principes actifs et en molécules aromatiques.

Pour ce faire, la meilleur saison pour aller le récolter, c’est durant les mois d’avrils et mai, lorsque les pieds commencent tout juste à fleurir. C’est là qu’ils sont les plus gorgés de principes actifs.

Tu as loupé la saison printanière ? Pas de panique ! Passé l’été et ses chaleurs, le Thym reverdi dans la garrigue une fois revenues les premières pluies automnales. A cette saison, il te sera toujours possible de retourner faire une petite récolte bien avisée pour préparer les maux de l’hiver…

A lire aussi -> 7 plantes médicinales pour lutter contre les infections hivernales

Ça y est, ton stock de Thym est fait ? Parfait. Voyons maintenant comment le transformer sirop délicieux contre la toux.

Comment fabriquer ton sirop de thym maison ?

Ingrédient

Pour fabriquer ton sirop de thym, il te faut :

  • 110 g de feuilles et de fleurs de thym frais ou séché,
  • 1 kg de miel ou de sucre,
  • 1 l d’eau,
  • 1 bouteille propre et stérilisée,
  • Des étiquettes

Préparation

Mélange le thym et l’eau dans une casserole, puis fais chauffer à feu très doux.

Une fois que l’eau arrive à ébullition, coupe le feu et laisse infuser 15 minutes.

Filtre, puis jette les résidus de plante dans le compost.

Ajoute le miel ou le sucre dans l’infusion, puis refais chauffer le mélange à feu doux en touillant, jusqu’à obtention d’une texture sirupeuse.

Verse le sirop dans la bouteille, puis ferme et étiquète.

La bouteille fermée pourra se conserver entre 3 à 6 mois dans le noir, et 3 à 4 semaines une fois ouverte au réfrigérateur.

Comment utiliser ton sirop de thym ?

En cas de rhume, de toux, de refroidissements hivernaux, ou de bronchite, prend 1 cuillère à café toutes les 2 heures pur ou en mélange dans de l’eau jusqu’à que ce que le rhume ou la toux ait disparu.

En été, tu peux aussi servir ce sirop sous forme de tisane pétillante en y rajoutant de l’eau pétillante et une rondelle de citron. C’est un régal, même pour les enfants !

 

Cette recette t’a plu et tu veux la garder sous le coude ?

Télécharge vite ton cahier pratique d’apprenti(e) herboriste pour noter et retrouver tous tes remèdes maison  !

Bien réussir sa cure détox en 4 étapes

 

Je ne sais pas pour toi, mais pour ma part cette année, les fêtes m’ont fait beaucoup de mal… Entre les cinq viandes par repas de mamie Alliette, les gâteaux, les amuses bouches au saumon fumé, les huîtres, l’alcool… Bref, ça n’a pas loupé : la crise de foie. Ou comment ton corps te dis stop et te le fais savoir de manière forcée.

Nausées, mal de tête, fatigue intense, lourdeurs digestives… Quand ton corps est surchargé, il te le dit, et à raison. Et toi, tu passes trois jours de tes vacances alitée sous la couette en hurlant comme une zombie: noooooon plus d’huître, plus de foie gras, plus de chocolat, plus JAMAIS !!! A moi le fenouil, le radis noir et les tisanes de citron, AAAAAAaaaaaaaarrrrrrrgbrrrrrrh….. avant de t’effondrer à nouveau.

Bon, ça marche aussi pour les bonnes cuites des lendemains de fête.

En bref, tous les moments d’excès, de changements de rythme et de périodes où tu sais que tu vas en demander beaucoup à ton corps.

Heureusement pour toi, la cure détox est là pour t’aider ! (Musique magique de licorne à paillettes).

La détox…Tout le monde en parle, c’est comme les huiles essentielles, c’est LE truc à la mode, et on y voit de tout à ce sujet.

Oui mais, sais-tu VRAIMENT à quoi ça sert ? Et comment la mettre en place de façon efficace et adaptée pour soulager ton organisme et te remettre en forme tout en douceur ?

Dans cet article, je t’explique ma méthode pour faire une vraie cure détox, non pas suivant la méthode « à la mode », mais suivant la méthode traditionnelle employée par nos anciens et préconisée par les herboristes.

Aller hop, sors ton cahier, un stylo, ouvres grand les mirettes et….C’est parti !

La cure détox : quézaco ?

Le mot détox est un raccourci pour désigner « La détoxification ».

Le principe ? Aider ton organisme à éliminer l’ensemble des éléments polluants y séjournant grâce à ce que l’on nomme « les organes émonctoires », spécialisés dans l’élimination des toxines. Il s’agit :

  • Du foie
  • Des reins
  • Des poumons
  • De la peau

Si tu as bien remarqué, et contrairement à ce qu’on lit à ce sujet, je ne mentionne pas les intestins ici. Les intestins ont un rôle d’élimination des déchets non digérés par le corps, mais, contrairement au foie ou à la peau, n’ont pas cette faculté d’élimination des « toxines » que l’on va retrouver dans le sang ou la lymphe.

Il s’agit ici de nettoyer non pas le tube digestif, mais bien l’environnement interne du corps, pollué par toute sorte d’éléments nocifs liés à notre mode de vie : mauvaise alimentation, alcool, pollution de l’air, perturbateurs endocriniens, cosmétiques, stress…

Si tu sens surchargé ( e), avec des lourdeurs digestives, un ralentissement général de ton organisme, du stress, un empâtement du ventre, une baisse de forme passagère, l’apparition de problèmes chroniques, alors peut –être est-il temps de t’octroyer une petite pause pour écouter ton corps, prendre soin de toi et opérer une cure de nettoyage interne afin de relancer la machine.

Voici comment procéder.

Détoxifier son organisme : quand et pourquoi ?

Pratiquer la détoxification de ton organisme, c’est un peu comme faire un reboot général : on fait un gros nettoyage, on formate, et on relance les paramètres d’usine par défaut. Bref, on repart de zéro.

La détox est une pratique que tu peux ainsi faire dans les cas :

  • D’excès alimentaires (trop de gras, de viandes, de sucres…) ;
  • D’excès de boisson alcoolisée, de tabagisme ;
  • De changement de rythme intense générant fatigue et stress (changements saisonniers, changement de travail…) ;
  • De pollution environnementale régulière (vie citadine, pollution atmosphérique, perturbateurs endocriniens, contact régulier avec des molécules chimique dans la cosmétique, les produits ménagers etc…) ;
  • Suite à une prise de médicaments prolongée (ne jamais pratiquer lors d’un état de faiblesse générale ou durant une période de convalescence au risque d’aggraver ton état. Toujours demander un avis médical en cas de problème de santé) ;

De manière générale, dès que tu en ressens le besoin et que ton corps te donne ses signes d’alerte (maux de tête, digestion lente, douleurs articulaires, mauvaise haleine, nausées…etc).

Pour ce faire, il existe plusieurs méthodes parmi lesquelles tu as la possibilité de piocher, au grès de ton envie et de ce qui te semble le mieux pour toi.

Personnellement, j’ai mes préférences, à toi de choisir ce qui te convient le mieux !

Les différentes cures détox

1 / Le jeûne 

La pratique du jeûne est l’une des plus efficaces qui soit pour une cure détox, mais également la plus dure à appliquer. Priver l’organisme d’alimentation durant un à plusieurs jours n’est en effet pas à la portée de tout le monde : certains le vivent bien, d’autres très mal. Je fais partie de la seconde catégorie.

Pour autant, le jeûne peut s’avérer extrêmement bénéfique durant un jour ou deux, en particulier après un excès alimentaire ou d’alcool .

Cette cure va ainsi mettre au repos le système digestif au profit du foie qui va avoir plus d’énergie pour faire son travail de nettoyage en profondeur.

Mon conseil

Ne pratique jamais le jeûne plus de 24 h sans un accompagnement professionnel, et surtout pas du jour au lendemain.

Privilégie une diminution et une simplification progressive des aliments (sur deux à trois jours) avant de les supprimer complètement de ton assiette.

En cas de problème de santé, demande toujours l’avis de ton médecin.

Si jamais tu tentes le jeûne stricte et que malgré tout tu ne le supportes pas, sache qu’il existe d’autres types de jeûnes : le jeûne par intermittence, la suppression des aliments solides et le maintien d’une alimentation liquide… Tu peux également te reporter à une autre cure détox plus douce…

2 / La diète hydrique 

La diète hydrique est l’une de mes cures détox préférée en cas de crise de foie. Lorsque l’on se retrouve nauséeux, le moindre aliment solide peut être renvoyé par le corps. Dans ce cas, il faut s’écouter et ne surtout pas se forcer. Le but ici est de surtout suivre son propre rythme.

La diète hydrique présente deux avantages : elle permet de soulager le système digestif fatigué en supprimant tous les aliments solides et difficiles à digérer tout en conservant l’alimentation et l’hydratation du corps.

Boire un liquide chaud en lieu et place d’un repas solide fait également beaucoup de bien aux organes digestifs, pour peu que l’on choisisse des légumes ou des plantes adaptées.

Il peut s’agir ici de boire un bouillon de légume, une soupe légère ou bien des tisanes détoxifiantes et drainantes à base d’aubier de tilleul, de racine de pissenlit et de romarin qui vont renforcer de façon conjointe le travail du foie et des reins.

Mon conseil

En cas de surcharge suite à des excès alimentaires, faire une diète hydrique de 24 h minimum, voire de 48 h, à raison de 2 L de boisson chaude par jour (plus si cela s’avère nécessaire). Une fois que l’on se sent plus léger, reprendre une alimentation solide progressive, en commençant par des légumes cuits, puis crus, puis les céréales et enfin les sources de protéines animales ou végétales (légumineuses, poissons, œufs, laitages, viande blanche).

Pour faire une tisane détoxifiante, mélanger 20 g d’aubier de tilleul, 30 g de racine de pissenlit, 20 g de romarin. Doser à raison d’une cuillère à soupe par tasse, porter l’eau froide à ébullition, couper le feu, puis faire infuser 10 minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour pendant 10 jours.

3 / La monodiète 

La monodiète, tout comme la diète hydrique consiste à soulager le système digestif fatigué et renforcer le travail des émonctoires (grâce notamment à certains légumes réputés pour soutenir l’action du foie). Il s’agit ici de simplifier au maximum l’alimentation en ne mangeant plus qu’un seul aliment, de préférence cru (cuit pour les intestins fragiles), pendant un à plusieurs jours (ne pas dépasser les 5 jours consécutifs).

Les monodiètes les plus connues sont celles à la pomme, au raisin, à la carotte, au radis noir…

Mon conseil

Pour les personnes très sensibles aux régimes sucrés, les monodiètes de fruits peuvent être extrêmement glycémiques. Mieux vaut dans ce cas privilégier une monodiète à base de légume cru râpé, tel que le radis noir, la carotte, le concombre… Il est possible aussi, pour ceux qui ne supporteraient pas la monodiète au niveau intestinal de diversifier un peu plus l’alimentation avec quelques légumes cuits, une toute petite portion de céréales complètes et des protéines faciles à digérer telles que le poisson, la viande blanche ou encore les œufs.

4 / La cure de jus

Dans la même lignée que la monodiète, il est également possible de pratiquer une cure de jus ou de smoothies à base de fruits ou de légumes qui vont à la fois soulager le système digestif ralenti et renforcer le travail des organes d’élimination. Certains fruits et légumes sont d’ailleurs excellents pour favoriser l’action du foie et soutenir le drainage et le nettoyage du corps, tels que le citron, le fenouil, le radis noir, l’artichaut, le céleri, le fenouil, l’épinard…

Mon conseil

Cette cure détox, très bénéfique et hyper efficace pour nettoyer l’organisme peut cependant s’avérer irritante pour les intestins fragiles. Privilégier dans ce cas une diète hydrique à base de liquides et de bouillons de légumes chauds, ou bien une monodiète à base de légumes cuits.

La cure détox : attention aux idées reçues

La cure détox ne doit aucunement être une excuse ou un prétexte pour se laisser aller à tous les excès possibles. Elle doit être pratiquée de manière occasionnelle et raisonnable, lorsque cela s’avère réellement indispensable (en gros pas tous les 3 / 4 matins, si tu vois ce que je veux dire).

Elle n’exclue en aucune manière la pratique d’une activité physique régulière, d’une alimentation saine et équilibrée et d’un mode de vie plus slow, respectueux de ton propre équilibre physique et mental.

La détox n’est pas non plus un régime pour perdre du poids ou avoir un ventre plat. Son but n’est pas de faire maigrir, mais bien de nettoyer l’environnement interne de ton organisme (sang, lymphe).

Attention donc aux complémentaires hors de prix et autres tisanes dits « détox » aux effets laxatifs qui promettent un nettoyage du tube digestif, ou bien aux tisanes « diurétiques » qui auront pour seuls résultats non pas de drainer et de nettoyer, mais simplement d’éliminer l’eau de ton corps dont tu as précieusement besoin.

Ma méthode pour détoxifier naturellement ton organisme

Si tu as bien tout suivi, te voilà désormais incollable sur la détox ! Attention, je te prépare une interro surprise à la fin (eheh! ).

Bon, c’est bien joli tout ça, mais comment mettre en pratique tous ces conseils lorsque cela s’avère nécessaire ?

Voici ma méthode, elle est très simple :

Etape 1

Alléger les repas, voire les supprimer totalement (directement en cas de nausée et de crise de foie, sinon de manière progressive sur deux à trois jours).

Etape 2

Choisir la cure détox qui te convient le mieux, à maintenir entre un et cinq jours (jusqu’à 10 jours en parallèle de la reprise alimentaire progressive) ;

Etape 3

Reprendre une alimentation progressive en commençant par les liquides, puis les légumes et fruits cuits à la vapeur, puis crus, puis les céréales et en dernier lieu, les légumineuses et protéines animales. Ne pas lésiner sur l’huile d’olive, le citron, les épices et les plantes aromatiques dans l’alimentation.

Etape 4

Pendant toute cette période, en profiter pour se reposer, aller au lit tôt, méditer, lire, pratiquer le yoga, marcher dans la nature, se détoxifier des relations toxiques et des réseaux sociaux, couper les écrans… En bref, prendre le temps de ralentir et de s’occuper de soi !

Et toi, pratiques tu régulièrement la détox ? A quelle occasion ?

Quels sont les produits et les cures que tu préfères ?

Partages ton expérience en commentaire et partage cet article sur tes réseaux !

 

Sources :

https://www.altheaprovence.com/cure-detox-info-ou-intox/

https://www.herboristerieduvalmont.com/blog/la-cure-detox-faisons-le-point-n59

8 idées de cadeaux d’enfer à offrir à un(e) herboriste

 

Et voilà, c’est la période. Tout le monde y va de son article sur les cadeaux à l’approche de Noël. Décidément on n’y coupe pas. J’aurais préféré faire un article sur « les 10 remèdes naturels pour soulager les coups de soleil de l’été» ou ma fameuse « recette ultime de crème solaire maison à base d’argile rouge et de charbon noir pour draguer sur la plage » mais bon, il paraît que c’est pas encore de saison…

Que ce soit au moment des fêtes ou des anniversaires, on s’arrache toujours les cheveux pour trouver LA bonne idée de cadeau à offrir à ses proches. Et franchement parfois, c’est vraiment galère, tellement qu’on finit même par envisager l’achat d’une perruque (pas pour offrir hein, mais pour les cheveux)…

Alors pour t’éviter ce désagrément, j’ai décidé de t’aider dans ta recherche en te faisant une petite sélection des indispensables à offrir à un(e) herboriste en herbe.

Tu as l’âme d’un apothicaire des temps modernes et tu manques d’idées pour ta liste au père Noël ? Tu aimerais faire plaisir à ton / ta meilleur pote passionné(e) de produits bio et artisanaux, de santé naturelle, de remèdes maison, de plantes et d’huiles essentielles ?

Alors cet article est fait pour toi !

Découvre tout de suite 8 idées de cadeaux naturels et green à offrir, pour prendre soin de soi avec les plantes.

Idée 1 : Offrir des tisanes et des infusions bio

Dans la famille des plantes médicinales, j’ai nommé en premier (roulement de tambour)… Les tisanes bio ! Qu’elles soient sous formes simples (une seule plante) ou en mélange, les tisanes sont toujours appréciées lors des longues soirées d’hiver au coin du feu. Tu peux choisir d’offrir plusieurs plantes en assortiment ou en coffret (à mélanger soi-même pour composer ses propres recettes de tisanes) ou bien en mélange déjà tout prêts.

Privilégie toujours de la très bonne qualité, en choisissant des plantes labellisées AB, Nature et progrès et ou S.I.M.P.L.E.S, toujours entières et en vrac (jamais sous forme de sachet ou en poudre) et si possible en circuit court, en provenance soit de petits producteurs ou de tisaniers de confiance. En plus, c’est une bonne occasion d’offrir de quoi démarrer sa propre petite herboristerie domestique pour se soigner au naturel !

Quelques idées de tisanes délicieuses et bio de qualité :

 

Voir aussi -> Où acheter de plantes médicinales bio et de qualité ?

Idée 2 : Offrir des savons artisanaux aux plantes

Il faut le dire, les savons artisanaux, ça fait toujours plaisir. Parés de milles et une couleurs et d’odeurs fraîches et naturelles, les savons aux plantes favorisent de vrais moments de bien être sous la douche, tout en nous faisant profiter de leurs bienfaits pour la peau (et en plus c’est zéro déchet !).

Tu peux choisir d’offrir une sélection de savons saponifiés à froid à base de produits 100 % naturels (labellisés ECOCERT ou mieux, Nature et progrès) sous forme de coffret par exemple en allant chez ton artisan savonnier local, ou bien les fabriquer toi-même !

Quelques idées de recettes et adresses de savonneries artisanales :

 

Et pour trouver un savonnier artisanal en circuit court près de chez toi, c’est par ici : http://www.couleur-savon.com/page/a-propos

Idée 3 : offrir des Confits et autres gourmandises aux plantes sauvages

Pour les gourmands, les plantes sauvages offrent une riche diversité de saveurs à découvrir, que ce soit pour un apéro, un goûter ou un dessert gourmand. Confiture de Cornouille, confit de Thym vulgaire, sirop de Lavande fine des montagnes, condiments à l’immortelle, au romarin et à la Sarriette, Tartinade d’algues, Salicorne à croquer… Offrir un bouquet de nature à déguster, voilà une belle idée ! Et bien sûr, toujours produit de façon locale et artisanale !

Quelques idées et adresses gourmandes à base de plantes sauvages :

 

Idée 4 : Offrir des cosmétiques naturels bio et green aux plantes

Quoi de mieux qu’un soin de beauté aux plantes pour se chouchouter et prendre soin de soi au naturel ? Baume au calendula, sérum à la rose musquée, lotion à la lavande, crème à la camomille ou encore huile de massage à l’Immortelle, il y en a pour toutes les peaux et tous les goûts.

Les labels à privilégier ? Nature et Progrès et SIMPLES qui garantissent une fabrication respectueuse de la planète, des ressources sauvages et une production 100 % artisanale.

Quelques idées de cosmétiques aux plantes à découvrir :

 

Idée 5 : Offrir des huiles essentielles bio ou des coffrets d’initiation à l’aromathérapie

Avec plus de 300 huiles essentielles disponibles à la vente, le choix peut s’avèrer particulièrement vaste lorsque l’on souhaite offrir un joli cadeau d’aromathérapie. Que l’on débute ou bien que l’on soit déjà bien aguerri, parfois il est difficile de savoir par quoi commencer et quoi acheter. Offrir un coffret de plusieurs huiles essentielles de base à utiliser soit seules soit en synergie reste une excellente idée pour commencer à se constituer sa petite aromathèque.  Coffret sommeil, détente, respiratoire ou tonique, les choix ne manquent pas. N’hésite pas à toujours vérifier les différents critères de qualité, la présence du label AB, et de te fournir soit chez des revendeurs de confiance, soit auprès de distilleries artisanales, soit directement auprès des petits producteurs locaux. Tu peux également choisir d’offrir une ou plusieurs synergies toutes prêtes à diffuser pour une fabuleuse ambiance cocooning et détente !

Quelques idées de cadeaux d’aromathérapie à découvrir :

 

Idée 6 : Offrir des accessoires d’aromathérapie

Pour accompagner et / ou compléter une aromathèque déjà bien remplie, de nombreux accessoires peuvent être très appréciés par les passionnés d’huiles essentielles. Un diffuseur ? Un bijou ou un livre d’aromathérapie ? Une bougie aux huiles essentielles ? Une box de rangement en bois ou en tissu fait main ? Les idées sont multiples et nombreuses ! En voici quelques-unes, toujours de fabrication française, artisanale et respectueuse de la planète bien sûr !

Quelques idées d’accessoires d’aromathérapie :

 

Idée 7 : Offrir une sélection de livres pour s’initier à l’aromathérapie, la naturopathie et l’herboristerie maison

Apprendre à se soigner de façon naturelle, reprendre sa santé en main en toute autonomie ou fabriquer ses propres remèdes maison ? Et bien oui, c’est tout à fait possible, simple et abordable ! Pour apprendre à utiliser les plantes médicinales, rien de mieux que de commencer par quelques livres à ajouter à sa bibliothèque. Découvre vite ma sélection de bouquins à offrir, indispensables à tout herboriste qui se respecte !

Ma sélection de livres préférés pour bien débuter en phytothérapie :

 

Idée 8 : Offrir des cours ou une box d’herboristerie pour apprendre l’herboristerie maison

Et pour finir en beauté, passons de la théorie à la pratique ! Quoi de plus chouette que d’offrir un cours, un atelier pratique, une sortie nature ou une box pour apprendre à reconnaître les plantes sauvages, à les utiliser et à fabriquer ses remèdes maisons ? Quel que soit le format, il y en a pour tous les budgets. Une belle occasion de développer ses connaissances dans la pratique de l’herboristerie domestique et de renouer avec les connaissances traditionnelles et les savoirs de nos grands-mères !

Quelques idées à découvrir pour débuter la pratique de l’herboristerie maison :

 

Te voilà désormais paré(e) pour ne plus manquer d’inspiration pour tes cadeaux !

 

Et maintenant, que vas-tu offrir ? Partage tes idées en commentaire ! 

 

savon a froid solide rasage barbe naturel plante romarin argile

Recette : Savon à barbe solide et zéro déchet au Romarin

 

Tout comme le shampoing solide maison, la fabrication de ton propre savon à raser solide peut présenter plusieurs avantages : il est écologique et zéro déchet (pas d’emballage), il est économique (longue durée dans le temps) et il est bon pour ta peau (100 % naturel, tu en maîtrises entièrement sa composition).

Le choix des ingrédients va ainsi dépendre de ton ton type de peau, des zones à raser et de la fréquence de rasage. Sa richesse en glycérine naturelle et en éléments insaponifiables présents dans les huiles végétales permettent à la fois une meilleur protection de ta peau et son hydratation. Le choix des plantes et des huiles essentielles vont par ailleurs “bonifier” l’effet du savon en aidant la cicatrisation de ton épiderme et la désinfection des microcoupures du rasoir.

Convient aux animaux de tous poils !

(Pour info, l’énergumène à poils drus qui partage mon quotidien  en est ravi ! )

Recette de savon de rasage au romarin (saponification à froid)

Matériel

  • 1 bol
  • 1 casserole
  • 1 mixer à soupe
  • Plusieurs moules à savons
  • 1 spatule

Ingrédients pour un savon de 100 g à 7 % de surgras

  • 15 g d’huile végétale de Coco vierge extra bio
  • 39 g d’huile d’olive bio
  • 4 g d’huile de chanvre bio
  • 4 g d’huile de ricin bio
  • 4 g de beurre de Karité brut
  • 1 g d’argile blanche
  • 3,5 g d’HE de Romarin
  • 32 g de lessive de soude caustique à 30 % (Attention, ce produit est toxique et est susceptible de causer des brûlures. Faire attention lors de sa manipulation)

Fabrication

Dans un bol, bien mélanger l’huile d’olive, l’huile de ricin et l’huile de chanvre.

Dans une casserole, faire fondre au bain marie l’huile de coco et le beurre de Karité, puis rajouter au mélange.

Rajouter tout doucement la lessive de soude en remuant (attention aux éclaboussures ! ).

Une fois le mélange réalisé, mélanger vigoureusement au mixer à soupe jusqu’à obtention de la “trace”. Dés que le mélange épaissi et prend la consistance d’une “pâte à gâteau”, rajouter l”huile essentielle et l’argile, puis remélanger doucement de façon à homogénéiser le tout.

Couler la pâte dans les moules à savon, et laisser reposer 4 semaines (temps de cure minimum) avant démoulage.

Et voilà, ton savon à raser est prêt à l’emploi !

Mode d’utilisation

Dans un petit bol, mouiller le savon avec un peu d’eau tiède. Frotter avec un blaireau de rasage pour faire mousser, et appliquer sur la zone à raser.

Procéder au rasage de manière habituelle.

A toi de jouer !

Ben quoi, elle vous plaît pas ma toison ?

7 idées pour prendre soin de toi cet automne

 

Aaaaaaah l’automne. Décidément, cette saison ne laisse personne indifférent. Entre ceux qui apprécient les promenades en forêt pour en admirer les couleurs chatoyantes et y chasser le champignon, et ceux qui se réfugient en grelottant sous leur couette avec tout l’arsenal anti-rhume, il y en a pour tous les goûts !

Et si, au lieu de grommeler après le temps pluvieux, on profitait de cette saison justement pour ralentir, retrouver du temps pour soi et méditer ?

Dans ce carnaval d’article, plusieurs blogueuses ont eu envie de te livrer leurs astuces pour vivre l’automne de façon naturelle et tout en douceur, chacune à leur manière.

Découvre tout de suite 7 idées qui pourront toi aussi t’inspirer !

Idée 1 : Fais toi une cure de luminothérapie

Grisaille, pluie, nuits qui rallongent, températures en chute libre, luminosité qui baisse… Le temps maussade de l’automne signe, comme chaque année la période de la déprime saisonnière. Faut dire que le soleil de l’été et les apéros sur la plage sont déjà bien loin derrière nous. Besoin de retrouver du peps et de la gaieté en cette saison ? Et si tu te faisais une petite cure de luminothérapie ? C’est ce que t’explique Prunelle du blog «Retablic » dans son article.

> Lire l’article : « La luminothérapie de A à Z » <

Idée 2 : Met toi en mode relax et cocooning

Pluie, vent, froid… On aimerait mieux rester sous la couette à mater une bonne série Netflix par ce temps accompagner d’un chat et d’un bon chai aux épices ! Et si c’était justement « LA » saison idéale pour réapprendre à prendre du temps pour soi, se chouchouter et se mettre en mode cocooning ? Un peu de musique, une lumière tamisée, un bain chaud, des bougies, des huiles essentielles, un GROOOOS pull et c’est parti pour profiter d’un vrai moment rien qu’à soi. Comment profiter de l’automne en mode cocooning ? C’est ce que t’explique Maud du blog « asteptoagentlelife » dans son article.

Lire l’article “Un automne en mode cocooning” <

Idée 3 : Soutien ton organisme avec les huiles essentielles

L’automne est une saison de transition où notre corps est mis à rude épreuve. Heureusement, l’aromathérapie peut t’aider à traverser cette période de façon plus sereine. Grâce à Yasmine, du blog « Mieux vivre par Yasmine », découvre comment utiliser les huiles essentielles en automne pour lutter contre la dépression saisonnière, booster ton immunité et lutter contre les virus !

Lire l’article “Un automne serein avec les huiles essentielles” <

Idée 4 : Fabrique tes remèdes maison contre les affections hivernales

Avec l’automne, c’est aussi la saison des « rhubes », des piles de mouchoirs et des bronches qui se décollent. Heureusement Cécile du blog « Celia Dreams » t’apprend à gérer ces petits maux saisonniers grâce à sa super recette de Vicks Vaporub® maison ! Découvre vite comment fabriquer ton baume respiratoire aux huiles essentielles pour affronter le froid en toute sérénité (et mater les virus !).

> Lire l’article “Recette du vicks vaporub fait maison” <

Idée 5 : Pars te ressourcer en forêt

En automne, le temps maussade et les journées plus courtes nous incitent trop souvent à rester chez soi, bien au chaud. Or, on sait que marcher régulièrement en extérieur présente de multiples bienfaits pour la santé mentale et physique, en particulier durant la saison froide.

Par ailleurs, la randonnée est une activité qui lie profondément le marcheur à l’environnement qui l’entoure, une forme de méditation en somme qui ressource et favorise l’introspection.

Dans son article, Justine, du blog « Un matin au jardin »  viens te parler de tous les bienfaits qu’une randonnée dans la nature pourra t’apporter durant la saison automnale.

>Lire l’article “Randonner en forêt durant l’automne” <

Idée 6 : Grattouille ton jardin cet automne

Couleurs rougeoyantes, odeurs d’humus, dahlias et chrysanthème en fleurs, cèpes qui sortent… Dans la nature, l’automne stimule tous nos sens. Aussi, quelle plus belle manière de ralentir, de prendre du temps pour soi et de renouer en toute simplicité avec la nature que de profiter de son jardin en cette saison ? Dans son article, Françoise du blog «Créer son jardin » t’invite ainsi à un véritable voyage sensoriel à la découverte du jardin en automne.

> Lire l’article “Un jardin en automne” <

Idée 7 : Cuisine de bons petits plats de saison en famille

Qui, enfant, n’a jamais eu les yeux qui brillent devant la déééééélicieuse tarte aux pommes de mamie ? Ahah je vous ai vus, bande de petits gourmands !! Et si l’automne était l’occasion de partager des instants ludiques et de beaux souvenirs avec ses enfants, à la découverte des plaisirs gustatifs que nous offre cette saison ?  Aller hop, direction le marché, puis la cuisine pour un atelier dégustation de pommes avec Céline du blog « Cel, à table ». Rien que d’y penser, j’en salive déjà ! Miam !

> Lire l’article “déguster des pommes avec les enfants” <

 

Et toi, quelles sont tes astuces pour passer un bel automne au naturel ?

remèdes naturels infections hivernales plantes médicinales hiver grippe rhume bronchite angine coup de froid phytothérapie aromathérapie huiles essentielles synergie citron romarin

7 plantes médicinales pour lutter contre les infections hivernales

NB : Tous les dosages présentés dans cet article sont là à titre indicatifs et correspondent aux usages traditionnels tirés des ouvrages de référence en phyto et aromathérapie.

Si tu as bien tout suivi, tu sais désormais que la première étape pour éviter de tomber malade durant l’hiver est de PREVENIR et SOUTENIR tes défenses immunitaires dès les premiers changements de saison. Pour cela, il te faut adopter une hygiène de vie et une alimentation saine, du sommeil suffisant et de qualité et des compléments en plantes adaptés.

Tout ceci n’a pas suffit à te prémunir contre les virus ? Les premiers signes d’un refroidissement hivernal (frissons, nez qui coule, gorge qui gratouille ) se font sentir ?

Pas de panique ! Je t’explique comment utiliser sept plantes médicinales incontournables en hiver pour combattre les infections et mater les virus du rhume, de la grippe et de la bronchite.

remèdes naturels infections hivernales plantes médicinales hiver grippe rhume bronchite angine coup de froid phytothérapie aromathérapie huiles essentielles synergie épices cannelle

Gérer les premiers symptômes

A ce moment précis, c’est la course contre la montre : il va falloir agir très vite et frapper fort dès les premiers symptômes pour éviter que la maladie ne s’installe durablement.

Les plantes médicinales sont ici des alliées précieuses pour mater les virus. Mais pour qu’elles soient réellement efficaces contre les maladies hivernales à caractère aigü, il faut absolument réunir deux conditions :

  • Agir et prendre les plantes suffisamment tôt, dès les premiers signes de refroidissement, sans attendre que l’infection ne s’installe ;
  • Ne pas lésiner sur le dosage: privilégier de petites prises toutes les heures ou demi-heures durant les 3 premiers jours plutôt que de grosses doses 2 à 3 fois par jour.

A titre indicatif, les posologies conseillées pour les adultes seront les suivantes :

  • ¼ de tasse de tisane toutes les demi-heure ou ½ tasse toutes les heures, puis 4 tasses par jour ;
  • 1 cuillère à café de sirop de plantes toutes les 2 heures ;
  • ¼ à ½ cuillère à café de teinture de plante toutes les heures ;
  • 1 à 2 gélules de plantes toutes les 2 heures.

Ce dosage doit être maintenu pendant 3 jours durant le pic infectieux, puis on reprendra un dosage normal au 4 ème jour qui devra être poursuivi jusqu’à disparition des symptômes.

Ceci étant dit, il ne te reste plus qu’à choisir quelles plantes utiliser….

L’Ail (Allium sativum)

Aliment-remède par excellence, l’ail est utilisé comme médicament et tonique depuis des milliers d’années. Avant la découverte des antibiotiques, l’ail était un traitement pour de nombreuses infections et servait à panser les blessures pendant la Première Guerre mondiale.

Il peut être utilisé contre les infections de la poitrine, du nez et de la gorge, la grippe, le rhume, la bronchite, la coqueluche…

C’est un puissant anti-bactérien, antiviral et anti-fongique.

Il est excellent pour désinfecter et protèger les poumons par son action mucolytique, fluidifiante, expectorante et antiseptique

L’ail est également un fabuleux remède pour stimuler ton système immunitaire, grâce à ses substances probiotiques (protecteur des intestins, haut lieu de l’immunité) et sa capacité à booster la production de globules blancs.

On utilise son bulbe frais, entier ou haché, ou séché sous forme de poudre.

Comment utiliser l’ail ?

En prévention :

  • Une ou deux gousses chaque matin, ou dans la salade à chaque repas ;

En phase aigüe :

  • En teinture d’ail : 10 à 15 gouttes par jour, 2 fois par jour ;
  • En alcoolature : 20 à 30 gouttes 2 fois par jour ;
  • En décoction : 25 g d’ail haché dans 1 L de lait chaud. Faire infuser 20 minutes. Boire 2 verres par jour pendant 3-4 jours ou prendre 2 à 3 cuillerées pures ou dilué dans une tisane de thym par jour ;
  • En soupe ;
  • En vinaigre : mélanger 1 oignon, 4 gousses d’ail émincées, 4 cuillères à soupe de gingembre frais rapé, 1 cuillère à café de piment en poudre, 3 cuillères à soupe de racine de raifort frais, 1 cuillère à soupe de miel à du vinaigre de cidre. Verser le vinaigre chaud sur les plantes. Laisser reposer 4 semaines. Prendre 1 à 2 cuillères à soupe toutes les 3-4 heures jusqu’à disparition des symptômes.

Il semblerait qu’il soit préférable d’écraser l’ail puis d’attendre 10 minutes avant de le consommer. Cela permet à l’alliine de se transformer en allicine qui présente les fameuses propriétés antiseptiques de l’ail.

Le Gingembre (Zingiber officinale)

Le Gingembre est depuis longtemps utilisé comme plante médicinale. Son action stimulante, décongestionnante et réchauffante lui vaut d’être une alliée précieuse en cas de coup de froid. Elle est ainsi toute indiquée contre les infections gasto-intestinales, les rhume, la grippe et les maux de gorge.

Son action sur le système circulatoire lui permet d’ouvrir les artères, d’activer la circulation du sang et donc de réchauffer le corps en entier jusqu’aux extrémités (parfait pour ceux qui ont les pieds froids en hiver).

Elle active également la transpiration, ce qui en fait une plante toute indiquée durant les épisodes de fièvre.

On utilise principalement sa racine fraîche ou séchée, en rondelle, hachée ou en poudre.

Comment utiliser le Gingembre ?

Pendant une infection hivernale

  • En tisane : ½ cuillère à café de racine fraîche broyée, mélangée à du thym, 1/2 citron et une cuillerée de miel ;
  • En teinture : 10 à 20 gouttes avant chaque repas ;
  • En poudre : 2 gélules 3 fois par jour ;
  • Dans la cuisine !

A lire aussi  -> La tisane, mode d’emploi

Le Citron (Citrus × limon)

Le citron est l’un des remède naturel les plus polyvalent. Dans l’idéal, nous devrions toujours avoir un citron à portée de main dans notre cuisine.

Outre son aspect alimentaire, le citron présente une teneur élevée en vitamine C (2 fois que dans les oranges) et en potassium.

Ses propriétés sont nombreuses : simulant du système nerveux ; antiseptique, antirhumatismaux, antibactérien, antioxydant et fébrifuge, il favorise également l’activation des globules blancs indispensables à notre système immunitaire.

Il est particulièrement efficace contre le rhume et la grippe.

Comment utiliser le Citron ?

En prévention des épisodes infectieux :

  • Boire une tasse d’eau chaude et de citron tous les jours pour nettoyer l’intestin et augmenter l’alcalinité dans le corps. Idéalement, commencer chaque jour un verre de jus de citron au petit déjeuner ;
  • Cure de citron sur 5 semaines : manger ½ citron par jour, puis monter progressivement jusqu’à arriver à 10 citrons par jour. Redescendre progressivement la dose.

En cas de rhume ou de grippe :

  • Jus de citron : mélanger 20 ml de jus de citron avec 50 ml d’eau chaude, avec un peu de gingembre frais et du miel. Boire 4 à 6 fois par jour.

En cas de maux de gorge :

  • Se gargariser avec un mélange de jus de citron dilué à 50 % dans de l’eau chaude.

 

La Cannelle (Cinnamomum verum)

Tout comme le Gingembre, la Cannelle est une alliée incontournable en hiver. Elle est principalement indiquée pour lutter contre les périodes de fièvre avec courbature, contre la grippe ou de rhume.

Ses propriétés hyperthermisantes et énergisantes stimulent la vitalité de l’organisme en le réchauffant.

Durant les phases de contaminations infectieuses, la cannelle est également un puissant remède antiseptique aux propriétés antivirales et anti-fongiques.

Comment utiliser la Cannelle ?

  • En tisane : infusion d’écorce entre 8 à 15 g par L d’eau boire toutes les heures en phase aïgue assortie de miel, de thym et de quelques rondelles de citron ;
  • En poudre : 0,5 à 2 g par jour ;
  • Sous forme de vin chaud : 1 verre avant chaque repas contre les refroidissements les courbatures et les états grippaux ;
  • En grog : mélanger ½ citron pressé, 1 c. à soupe de miel et un grand verre d’eau chaude bouillie avec un fragment de Cannelle et un clou de girofle.

 

L’Echinacée pourpre (Echinacea purpurea)

Plante incontournable du système immunitaire, c’est une plante dont on ne peut absolument pas se passer en hiver.

Par son action immunostimulante et fortifiante, l’Echinacée va jouer un rôle complémentaire aux autres plantes contre les maladies hivernales. en renforçant l’organisme durant toute la durée de l’infection (et au-delà).

Cette plante va renforcer l’organisme au stimulant la production des globules blancs tout en améliorant leur force défensive contre les pathogènes. Elle sera donc indispensable dans le cas où ton système immunitaire est affaibli suite à une période de stress, de fatigue chronique, en cas carence en vitamine D ou de mauvaise alimentation…

Elle excelle principalement dans les périodes infectieuses, dès les premiers signes de refroidissement dans ton entourage. Son action va également perdurer au-delà de la maladie, durant toute la phase de convalescence en aidant peu à peu le corps à se rétablir.

La racine d’Echinacée est traditionnellement utilisée fraîche en alcoolature, ou sèche sous forme de teinture.

A lire aussi -> 4 plantes médicinales pour tonifier ton organisme avant l’hiver

Comment utiliser l’Echinacée ?

Jus de plante fraîche, extrait standardisé,

En prévention , dès l’apparition des premiers symptômes dans son entourage :

  • Teinture : prendre 1 cuillère à café matin et soir pendant 2 à 3 semaines.

En cas d’infection aigüe, jusqu’à guérison complète :

  • Teinture : Dès l’apparition des symptômes, prendre 1 cuillère à café mélangée à un peu d’eau toutes les 2 heures pendant 3 jours (maximum 5 cuillères à café par jour). Puis prendre 4 cuillères à café par jour jusqu’à disparition des symptômes.

 

Le Sureau noir (Sambucus nigra)

Le sureau est un remède précieux pour combattre les affections hivernales.

Tonique, anti-viral, anti-catarrhale, anti-inflammatoire, diurétique, et diaphorétique (qui fait baisser la fièvre) le sureau est une plante des plus appropriés pour tous les états fébriles.

Son action conjointe sur la fièvre, le système immunitaire et l’écoulement du mucus des voies respiratoires en fait un allié de taille contre toutes les maladies ORL hivernales.

Il est ainsi particulièrement indiqué contre le rhume, la grippe et la bronchite.

Traditionnellement, le sirop de baies de sureau est un excellent tonique qui peut être fabriqué en automne et consommé tout au long de l’hiver. Et en plus, il est tout simplement délicieux ! Les baies de sureau vont notamment soutenir le système de l’organisme, et seront très efficaces en association à l’Echinacée.

On utile deux parties du Sureau noir : ses fleurs fraîches ou séchées et ses baies mûres, fraîches ou séchées.

Utiliser le sureau

  • En tisane : faire une infusion de fleurs de sureau séchées, à raison d’ 1 poignée par L d’eau. Porter à ébullition, couper le feu puis faire infuser 10 minutes. Boire entre 4 à 6 tasses par jour durant toute la période infectieuse ;
  • En sirop : réaliser un sirop à base de baies de sureau fraîches, de racine de gingembre rapé, de clou de girofle et de miel. Prendre 1 à 2 cuillères à soupe dans un verre d’eau, toutes les 3 heures durant la phase aigüe.

A lire aussi -> Le Sureau noir : booster l’immunité, accompagner la fièvre et lutter contre la grippe

Le Thym vulgaire (Thymus vulgaris)

Pour finir, j’ai voulu te garder le meilleur pour la fin… J’ai nommé le Thym vulgaire alias le roi de la garrigue que l’on ne présente plus tant il est utilisé à la fois en cuisine que comme remède ancestral depuis des centaines (des milliers ?) d’années.

Ce petit arbuste méditerranéen est une plante médicinale à l’action réchauffante et stimulante qui va combattre efficacement les refroidissements et soutenir l’organisme durant les périodes de grande fatigue.

A la fois antiseptique, expectorant et stimulant immunitaire (il stimule la production de globules blancs), le Thym reste tout simplement LE meilleur remède naturel pour lutter contre la toux ainsi que l’ensemble des affections respiratoires supérieures et inférieures

Les propriétés du Thym sont par ailleurs des plus performantes lorsqu’on l’associe au Gingembre, au Citron, au Pin sylvestre, au Sapin baumier ou à l’Eucalyptus globuleux dans un mélange.

On utilise traditionnellement ses parties aériennes en infusion, en sirop ou en teinture.

Comment utiliser le Thym ?

  • En tisane : faire infuser 1 branche par tasse durant 10 minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour en prévention, 1 tasse par heure en cas d’infection respiratoire. Il est possible également d’y ajouter une demi cuillère à café de racine de Gingembre rapé, 1 demi-citron et une cuillère à café de miel par tasse ;
  • En teinture : prendre 30 gouttes dans un peu d’eau, 2 à 3 fois par jour ;
  • En sirop : 1 cuillère à café toutes les 2 heures jusqu’à disparition des symptômes;
  • En huile essentielle de Thym à linalol  : 5 à 10 gouttes dans un bol d’eau chaude, procéder à une inhalation durant 10 minutes à répéter 3 fois par jour.

A lire aussi -> Comment fabriquer ton sirop de thym contre la toux ?

En résumé

Pour booster son immunité en hiver et éviter de tomber malade, il faut donc :

  • Privilégier une hygiène de vie saine, une alimentation de qualité à base de fruits et légumes cru et cuits, riche en vitamine C et en minéraux ;
  • Ralentir le rythme en adoptant un mode de vie plus slow, se prémunir de la fatigue et du stress ;
  • Dormir suffisamment ;
  • Soutenir son immunité grâce à des plantes et des compléments alimentaires dès le début du changement de saison (cures) ;
  • Ne pas attendre de tomber malade pour agir, en aider l’organisme à se défendre dès l’arrivée des premiers symptômes ;
  • Maintenir un dosage en plantes suffisant durant toute la période infectieuse et de la convalescence, jusqu’à rétablissement complet.

Te voilà entièrement paré pour affronter l’hiver à l’abri des virus !

 

Peur d’oublier ces informations précieuses ?

Note-les dans ton cahier pratique d’apprenti(e) herboriste !

 

4 plantes pour booster efficacement ton immunité cet hiver

 

Ça y est, l’automne est là. Le vent souffle, la pluie revient, les nuits rallongent et le temps se refroidit. L’arrivée de la saison signe le temps de la récolte des champignons, des châtaignes… et des virus.

Mais si, tu sais, cette période si attendue où tu retrouves avec enthousiasme les joies  du nez qui coule, de la toux grasse et des états fébriles…

Et rares sont ceux qui y échappent. Alors pour y faire face, mieux vaut prévenir que guérir.

De nombreux remèdes naturels existent pour booster ton immunité dès l’entrée dans l’hiver et augmenter tes chances de passer entre les mailles du filet.

Une épidémie de rhume ? Et hop on dégaine le combo Eucalyptus/Thym/Miel/Citron !

Parfait pour narguer tes collègues de bureau quand ils seront tous avec leurs mouchoirs (et ouais les gars, et toc !).

C’est pas la grande forme…

Il existe deux manières principales d’utiliser les plantes pour soutenir ton organisme :

  • En phase préventive (c’est-à-dire AVANT de tomber malade) ;
  • En phase thérapeutique (dès les premiers signes d’affaiblissement et jusqu’à la fin de la convalescence).

Le choix des plantes médicinales à utiliser ne sera ainsi pas le même selon l’état dans lequel on se trouve.

Dans cet article, je te présente quatre plantes médicinales particulièrement utiles pour préparer ton organisme à affronter les rigueurs hivernales.

L’astragale de Chine  (Astragalus membranaceus)

A l’origine utilisée en médecine chinoise, l’Astragale de Chine a largement été adoptée au sein de l’herboristerie moderne.

Cette plante agit notamment en prévention des affections respiratoires. Tonique des poumons et tonique général, elle est connue comme grande protectrice des systèmes immunitaires fatigués et surmenés.

On utilise sa racine sous forme de poudre, en décoction ou en teinture.

Utiliser l’Astragale de Chine 

Dès que tu commences à sentir la fatigue et le stress pointer le bout de leur nez, il est alors temps de démarrer une cure préventive d’astragale durant 1 à 2 semaines :

  • En décoction : disposer 15 g à 30 g de racine séchée d’astragale dans 1 litre d’eau froide. Porter à ébullition, et laisser bouillir 10 à 15 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour ;
  • En teinture : 2 à 4 ml de teinture diluée dans l’eau, 3 fois par jour.
  • En gélules : 4 g à 7 g par jour de racine en poudre, en 2 ou 3 prises.

A NOTER : L’Astragale de Chine et l’Echinacée pourpre sont deux plantes complémentaires dans leur action sur le système immunitaire. Dès l’apparition des premiers symptômes, l’Echinacée prend le relais de l’Astragale et sera particulièrement efficace lors de la phase aiguë de l’infection.

Le ginseng (Panax ginseng)

Restons dans la catégorie « exotique » avec une plante qui a souvent fait parler d’elle pour ses propriétés toniques sexuelles et aphrodisiaques. J’ai nommé : le Ginseng !

Et question soutien du système immunitaire, attention, ça ne rigole pas !

Le Ginseng est un puissant tonique général. Il est particulièrement prisé dans les périodes de grande fatigue, d’épuisement ou de convalescence.

C’est un grand stimulant du système nerveux et immunitaire dans les périodes de faiblesse générale ou de stress, lors d’infections à répétition.

On utilise sa racine sous forme de décoction, en gélule, en ampoule ou en teinture (la teinture étant traditionnellement la forme la plus utilisée).

Utiliser le Ginseng

Voici les différents dosages à utiliser dans le cas d’une cure de Ginseng :

  • En décoction : 5 g par tasse (environ 4 cuillère à soupe par litre d’eau). Porter à ébullition, et faire bouillir 10 à 15 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour durant plusieurs semaines ;
  • En gélule : 2 gélule matin et midi ;
  • Teinture : 15 à 25 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour (matin, midi et fin d’après-midi) durant 4 à 6 semaines. Pas le soir, cela peut t’empêcher de dormir.

 

L’Eleuthérocoque (Eleuthérocoque senticosus)

Troisième plante exotique : l’Eleuthérocoque. Utilisé comme substitut au Ginseng, c’est une plante qui agit principalement durant les phases de stress chronique. Nous savons qu’une période de stress qui dure va progressivement fatiguer et affaiblir l’organisme.

L’Eleuthérocoque va donc agir à la fois sur le stress nerveux et sur le système immunitaire fatigué. Il est donc tout à fait indiqué durant les périodes de surmenage.

Utiliser l’Eleuthérocoque

On peut le prendre en décoction de racines sèches, en gélule, en poudre ou en teinture.

  • En poudre : Prendre 1 cuillère à café de poudre dans une boisson chaude, un yaourt, une cuillère de miel ou de compote, avant chaque repas durant 4 à 6 semaines ;
  • En gélule : Prendre 2 à 6 gélules par jour durant les repas, pendant 4 à 6 semaines ;
  • En décoction : Mettre une cuillère à café de racines par une tasse d’eau froide. Porter à ébullition et faire bouillir 5 minutes et laissez infuser 10 minutes. Boire avant les repas, 2 à 3 fois par jour ;
  • En teinture : 25 à 30 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour durant 6 semaines.

 

La Sauge (Salvia officinalis)

Enfin, voici une plante locale qui se plait à la fois dans un jardin que sur un balcon !

La sauge est à la fois une plante tonique et stimulante qui aide le corps et l’esprit à retrouver la forme sur le long terme après une période de surmenage, de fatigue ou de convalescence. Son action réchauffante lui permet de réactiver le travail des organes qui tournent au ralenti et de stimuler le système nerveux.

Principalement utilisée en infusion, elle s’emploie toujours en mélange en cas de prises durant de longue périodes, associée à d’autres plantes adaptogènes et immunostimulantes.

Utiliser la Sauge

  • En infusion seule : 4 cuillères à café de feuilles séchées par litre d’eau. Disposer dans l’eau froide, porter à ébullition. Faire infuser 10 minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour pendant une semaine ;
  • En teinture : 30 à 40 gouttes dans un verre d’eau, 2 à 3 fois par jour.
  • Vin de Sauge pour lutter contre la fatigue et les refroidissements hivernaux : Faire macérer 60 g de feuilles fraîches dans 1 litre de vin blanc, aggrémenté de 2 à 3 cuillères à café de miel. Laisser macérer durant 10 jours. Boire midi et soir avant les repas.

 

Autres remèdes naturels pour booster ton immunité

Il est également possible de prendre régulièrement de la propolis, de la gelée royale, du pollen, de la vitamine C , E et D, ou bien de faire une cure de minéraux (Fer, Germanium, Cuivre) dès le début de l’hiver.

Cependant, garde bien à l’esprit que rien ne remplace le maintien d’une bonne hygiène de vie, d’une alimentation saine et d’un temps de sommeil suffisant pour garder la forme durant cette période.

Pour aller plus loin :

Lire aussi -> 7 plantes médicinales pour lutter contre les infections hivernales

 

tisane millepertuis remède naturel bienfait propriété utilisation dépression brûlures douleurs musculaires baume macérât

Le Millepertuis perforé : Soulager déprime saisonnière, brûlures et articulations

 

Depuis longtemps, le Millepertuis fait parler de lui. Que ce soit comme herbe de la Saint Jean utilisée autrefois pour chasser démons et sorcières, ou comme herbe médicinale de premier ordre pour les rhumatismes, les plaies, les brûlures ou les états dépressifs, le Millepertuis perforé est l’une des plantes  incontournables de toute herboristerie domestique qui se respecte.

Aujourd’hui, cette plante est principalement utilisée comme antidépresseur naturel, très souvent administrée en homéopathie. Bien connus des anciens, ses nombreux autres usages thérapeutiques ont largement été oubliés, ce qui est bien dommage pour une plante aussi utile !

De plus, le Millepertuis perforé est une plante très facile à reconnaître dans la nature. Tu l’as sûrement déjà contemplé durant les mois d’été, lorsque ses fleurs ornent la campagne d’une magnifique couleur jaune d’or.

Sais-tu que cette jolie médicinale peux t’être fortement utile (pour chasser les démons) si tu daignes l’accueillir dans ton armoire à pharmacie ?

Voici comment la cueillir, la transformer et l’utiliser en cas de besoin.

Usages et propriétés du Millepertuis perforé

« Pff, ben oui voyons, le millepertuis perforé, c’est un super antidépresseur naturel, tout le monde le sait ! J’en utilise régulièrement en homéopathie ! » S’esclaffe Anne-Clothilde, apprentie herboriste de son état, en mâchouillant son stylo et en gigotant sur sa chaise.

Oui, oui, enfin… D’une part, c’est un peu plus complexe que ça, et d’autre part cette plante possède bien d’autres usages tout aussi intéressants.

Faisons la liste des propriétés de cette excellente plante vulnéraire :

  • Anti dépressive ;
  • Anti-infectieuse ;
  • Antalgique ;
  • Anti-inflammatoire ;
  • Régénératrice cutané.

Elle est principalement utilisée en cas :

  • D’états dépressifs légers à modérés (donc pas les grosses dépressions bien lourdes) et dépression saisonnière ;
  • De lassitudes nerveuses et troubles chroniques du sommeil ;
  • De refroidissements hivernaux d’origine virale, bronchites, fièvres et asthme ;
  • D’état inflammatoire des muqueuses gastriques et intestinales et de congestion du foie ;
  • De brûlure, plaies superficielles et coups de soleil ;
  • De bleus, contusions et ecchymoses ;
  • De douleurs articulaires et rhumatismales ;
  • De zona et d’herpès.

Pas mal non ?

Comment ramasser et conserver les fleurs de Millepertuis ?

tisane millepertuis

Pour ramasser les sommités fleuries de Millepertuis, il te faudra te promener dans les champs, prairies et terrain vague loin de tout lieu pollué, bord de route ou traité avec des pesticides.

La cueillette doit se faire par une chaude et sèche journée d’été, le matin après la rosée, entre fin juin et fin juillet.

Choisis des pieds vigoureux de Millepertuis perforé en cours de floraison, lorsque les boutons floraux sont tout justes épanouis ou sur le point de s’éclore. Puis ramasse-les en bouquets à l’aide d’un sécateur.

Pour les faire sécher, étale les sommités fleuries sur une surface plane, dans un endroit à l’ombre, sec et bien aéré.

Vérifie que les boutons sont bien secs en les écrasant dans tes doigts avant de stocker ta récolte dans des sacs en papier kraft ou des bocaux en verre.

Transformer et utiliser le Millepertuis perforé : 3 méthodes

Selon l’usage que tu voudras en faire, le Millepertuis peux être utilisé de plusieurs façons :

  • En tisane (usage interne) ;
  • En teinture (usage interne et externe) ;
  • En macérât huileux (usage externe).

Infusion de Millepertuis perforé

Faire infuser 4 cuillères à soupe de sommités fleuries séchées de Millepertuis perforé pour 1 litre d’eau froide. Porter à ébullition, couper le feu et faire infuser 10 minutes.

Boire 3 à 4 tasses par jour en cas d’affection aigüe durant 7 jours ou 2 tasses par jour pour un traitement de fond longue durée (dosage pour un adulte).

La tisane de Millepertuis est traditionnellement utilisée pour agir par voie interne dans les cas de :

  • Dépression légère ;
  • Troubles nerveux et du sommeil ;
  • Affections pulmonaires hivernales ;
  • Troubles gastriques et hépatiques.

Cette infusion peut également être utilisée comme traitement de fond pour accompagner l’action locale du macérât huileux en cas de douleurs articulaires et rhumatismales.

Teinture de Millepertuis

macérât huileux millepertuis

Pour fabriquer une teinture de Millepertuis perforé, il faut :

  • Un grand bocal stérilisé ;
  • De l’alcool à 50 degrés ;
  • Des sommités fleuries de Millepertuis séchées ou semi – séchées.

Voici la recette, façon « méthode du peuple » :

  • Couper finement les sommités fleuries ;
  • Placer les fleurs fraîches ou séchées dans un bol, puis recouvrir d’alcool à 55° de manière à ce que toutes les fleurs soient immergées. Pour ma part, j’adore le rhum martiniquais, mais cela peut-être de la vodka, ou bien de l’eau de vie de fruit ;
  • Laisser macérer 3 semaines ;
  • Filtrer et conserver en flacon teinté étiqueté.

Tu vas voir lors de la réalisation de cette recette que l’alcool va se teinter progressivement d’une magnifique couleur rouge sang. Ceci est dû à l’extraction de l’hypericine présente dans la plante. Personnellement, je trouve qu’il est toujours excitant de pouvoir observer, en direct, le pouvoir d’extraction de l’alcool sur la plante. Et de se dire : c’est moi qui l’ai fait !

Pour utiliser la teinture, compter 30 à 40 gouttes à mélanger dans un peu d’eau, à boire matin et soir.

Tout comme la tisane, la teinture de Millepertuis utilisée par voie interne sera conseillée pour agir sur les états dépressifs, la fatigue nerveuse, les affections hivernales pulmonaires, ainsi que les inflammations du système digestif.

Elle peut être également être appliqué pur en compresse par voie externe sur les zones douloureuses en cas de douleurs articulaires, de zona, d’herpès, de plaies et brûlures superficielles, bleus et contusions.

Macérât huileux de Millepertuis

Il existe deux méthodes traditionnelles pour réaliser la fameuse huile rouge de Millepertuis : la méthode ancienne par extraction alcoolique et la méthode traditionnelle par extraction lipidique.

Méthode ancienne par extraction alcoolique (méthode oubliée peu usitée de nos jours)

Voici ce que dit Marie Antoinette Mulot et le Dr Valnet à ce sujet :

  • Faire macérer durant 7 jours 500 g de sommités fleuris de Millepertuis dans 1 L d’huile d’olive et ½ L de vin blanc ;
  • Le 8 ème jour, mettre le bocal au bain marie, et faire bouillir doucement à bocal ouvert jusqu’à évaporation totale du vin ;
  • Une fois le liquide refroidi, exprimer, filtrer et conserver dans des flacons bien bouchés.

Méthode traditionnelle : macération solaire de millepertuis par extraction lipidique

  • Couper finement les sommités fleuries ;
  • Disposer les fleurs semi séchées ou séchées dans un bocal ;
  • Recouvrir entièrement les fleurs d’huile d’olive vierge extra ;
  • Exposer au soleil durant 10 jours, jusqu’à apparition d’une coloration rouge profonde ;
  • Exprimer et filtrer l’huile, puis conserver en flacon teinté étiqueté.

Cette huile pourra être utilisé en massage sur les zones articulaires douloureuses, le long de la colonne vertébrale et au niveau de toutes les zones nerveuses fatiguées ou abîmées, les coups de soleil, les brûlures légères à modérées et les plaies superficielles.

Il est également possible de transformer cette huile en baume pour plus de facilité de transport :

Baume de Millepertuis perforé

Ingrédients

  • 100 ml de macérât huileux de Millepertuis ;
  • 12 g de cire d’abeille.

Dans une casserole placée au bain marie, mélanger la cire d’abeille avec le macérât huileux.

Faire fondre doucement la cire en mélangeant au fur et à mesure.

Couler dans un pot stérile et sec, puis laisser refroidir.

Étiqueter.

Et voilà ton baume au Millepertuis finalisé ! Pour plus d’action, tu peux également choisir de rajouter lors de la préparation une synergie d’huiles essentielles appropriées selon l’usage que tu souhaites en faire.

Associations possibles en mélange

Tisanes : absinthe, angélique, sauge, mélisse, fenouil, hysope, marjolaine,

Macérâts huileux : arnica, calendula officinal

Huiles essentielles : Lavande vraie, Gaulthérie, Menthe poivrée, Hélichryse italienne, Eucalyptus citronné

Hydrolat : Camomille noble (pour la confection d’une crème au millepertuis)

/!\ Précautions d’emploi /!\

L’usage du Millepertuis présente de nombreuses interactions médicamenteuses, notamment avec les médicaments antidépresseurs de type IRS. Demande conseil à ton médecin avant toute prise en interne.

Le Millepertuis perforé est photosensibilisant. Il convient donc de ne pas t’exposer au soleil après application sur la peau ou prise par voie interne.

 

C’est à toi de jouer !

 

Cet article t’a plu ? Partage-le autour de toi et laisses moi un petit commentaire !

 

Références bibliographiques :

Valnet, J. 2001. La Phytothérapie. Ed. Vigot, 640 p.

Mulot, M-A. 2007. Secret d’une herboriste. Ed du Dauphin, 592 p.
composer pharmacie naturelle maison indispensables ingrédients remèdes naturels phytothérapie aromahérapie bobos maux du quotidien santé naturelle bien-être zéro déchet

Comment composer ta pharmacie naturelle maison ?

 

Attention : cet article n’a ni pour vocation de te pousser à abandonner les médicaments classiques, ni de se substituer à un avis médical. Il a simplement pour objet de te faire le tour d’horizon des possibilités dites « naturelles » traditionnellement utilisées pour soulager des petits problèmes bénins ne nécessitant pas la consultation systématique, comme l’insomnie passagère, les difficultés digestives, les petits bobos type bleus, égratignures, les rhumes, etc… Chacun se trouve être responsable de sa santé et doit prendre la mesure de la gravité de son problème. Le blog et son auteur ne pourront être tenus pour responsables de la mauvaise utilisation de ces informations.

Quand on parle de se soigner au naturel, souvent on me dit :

J’aimerais essayer de réduire ma consommation de médicaments pour les petits bobos du quotidien… C’est plein de produits chimiques et je ne sais pas trop si c’est vraiment bon pour ma santé. Pis en plus ce n’est pas vraiment zéro déchet avec tous ces emballages ! La moitié des boîtes finissent souvent par périmer dans mon placard et terminent à la poubelle. Du coup j’aimerais me soigner avec des produits plus durables, sains et naturels, mais par où commencer, qu’est-ce que je dois acheter ?

Ou encore :

– Qu’est-ce que je peux prendre comme huile essentielle contre un rhume ? Et comme synergie pour mon mal de tête ? Et pour dormir ?

A cela je réponds : Des alternatives naturelles, il en existe plein, il n’y a pas QUE les HUILES ESSENTIELLES ! Sacrebleu ! La pauvre Hildegarde de Bingen se retournerait dans sa tombe…

Souvent on s’en fait toute une montagne alors que la majorité des « médicaments naturels » que l’on peut utiliser se trouvent… Dans notre cuisine.

Bien sûr il existe pleins de remèdes « miracles » hors de prix vendus la plupart du temps dans les boutiques bio, avec parfois des noms imprononçables : EPP, extraits fluides, élixirs, gélules, ampoules etc…

En réalité, l’herboriste amateur possède toute une panoplie d’outils tout aussi simples, écologiques et économiques qu’efficaces pour soulager les petits bobos ou désagréments de la vie courante. A commencer par les vieux remèdes de grand-mère ! Une gousse d’ail, un chou, une bonne vieille tisane de Thym avec du miel et hop ! Exit l’angine !

Et d’ailleurs, pourquoi ne pas essayer de fabriquer toi-même tes remèdes maison ?

Comment composer sa trousse à pharmacie naturelle ?

Créer sa trousse à pharmacie domestique, c’est tout un art !

Avant toute chose, retiens bien que le choix des produits qui vont la composer va dépendre :

  • De ton style de vie (sportif, sédentaire…) ;
  • De ta situation familiale et de ton âge (étudiant célibataire, jeune couple, famille avec enfants, personne âgée) ;
  • De ton métabolisme ;
  • Des problèmes que tu rencontres le plus souvent.

Par exemple, moi, je suis de nature anxieuse, stressée et j’ai des problèmes récurrents de sommeil. Je fais un métier d’extérieur où je peux me blesser, avoir des bleus, des coups de soleils, des piqûres de moustiques ou même des tiques (oui je sais ça fait rêver). Et c’est sans parler des angines à répétition l’hiver.

Bon et bien ma pharmacie ne sera absolument pas la même que celle d’un homme sportif qui fait du trail, d’une maman débordée avec deux enfants en bas âge ou encore d’une jeune sexagénaire dynamique : D !

Dans un premier temps, prend un bout de papier qui traîne sur le coin de ta table (ou un carnet dédié si tu es plus organisé(e) que moi), et fais la liste de tous les petits désagréments que tu rencontres couramment.

Puis, choisis quels « ingrédients » les mieux adaptés à ton cas pourront composer ta future herboristerie.

Les huiles essentielles

Bon, je l’avoue, je râle après les huiles essentielles mais elles restent pour autant incontournables dans une pharmacie naturelle (et puis en vrai je les adore !).

Très concentrées et puissantes, elles sont particulièrement efficaces à petite dose en soins localisés (coups, douleurs, blessures), en cas de stress ou lors de maladies courantes (rhume, grippe, bronchite…).

De plus, les flacons ne se périment pas et sont très facilement transportables en vacances, en voyage ou au travail.

Pour démarrer, choisis seulement 5 ou 6 huiles essentielles de base particulièrement adaptées à tes besoins usuels (précédemment listés, c’est pour voir si tu suis). Nul besoin d’en avoir beaucoup si tu débutes, le tout est d’abord d’apprendre à bien les connaître et les utiliser sans danger.

Quelques idées d’huiles essentielles de base à mettre dans ton aromathèque :

  • Lavande fine (Lavandula angustifolia)
  • Menthe poivrée (Mentha x piperita)
  • Tea tree (Melaleuca alternifolia)
  • Ravintsara (Cinnamomum camphora)
  • Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata)
  • Gaulthérie odorante (Gaultheria fragrantissima)
  • Hélichryse italienne (Helichrysum italicum)
  • Camomille romaine (Chamaemelum nobile)
  • Géranium rosat (Pelargonium graveolens)
  • Petit grain bigarade (Citrus × aurantium L. ssp amara)

 

Les hydrolats ou eaux florales

Résidus aqueux issus de la distillation des huiles essentielles, les hydrolats sont très intéressants  lorsque l’on supporte difficilement la puissance des huiles essentielles.

Posséder des hydrolats dans sa pharmacie peut présenter plusieurs avantages :

  • Ils peuvent être utilisés plus facilement par les personnes fragiles, allergiques, les femmes enceintes et les enfants ;
  • Certaines peuvent être ingurgitées sans danger ;
  • Ils s’utilisent facilement en soin de la peau, soit pures en lotion ou en compresse soit mélangées à une crème (pour soulager l’acné, l’eczéma, atténuer la douleur d’un coup de soleil, résorber un bleu…).

Attention cependant, les hydrolats restent fragiles et sensibles à la contamination bactérienne. Choisis-en 1 ou 2 pour ton usage quotidien, utilise-les rapidement et conserve- les précieusement au frigo.

Si possible, achète-les avec une bouteille en verre réutilisable.

Quelques exemples d’hydrolats très utiles à la maison :

  • Hydrolat de Lavande fine ;
  • Hydrolat de Fleur d’oranger ;
  • Hydrolat de Rose de Damas ;
  • Hydrolat de Bleuet ;
  • Hydrolat de Thym ;
  • Hydrolat d’Hélichryse italienne.

 

Les plantes médicinales

L’incontournable de toute pharmacie naturelle qui se respecte : les plantes !

Si tu as l’occasion de les cultiver, les glaner ou de les récolter fraîches, alors tant mieux ! Mais si ce n’est pas le cas, le mieux reste de t’équiper avec des plantes sèches qui se conserveront plus longtemps dans ton placard.

Très souvent prises en tisane (forme la plus courante), elles te seront d’un grand secours lorsque le temps viendra de soutenir ton organisme lors des périodes d’affaiblissement généralisé, sous forme de cures de plusieurs jours (entre 7 à 21 jours).

Les plantes médicinales te serviront également d’ingrédients de base nécessaires à l’ensemble de tes préparations maison : infusions, décoctions, sirops, macérats huileux, baumes, teintures, gélules, élixirs, poudres, cataplasmes…

A ce jour, 148 plantes médicinales sont libres à la vente. Tu peux donc facilement t’en procurer en parapharmacie, magasin bio ou tisanerie.

D’une manière générale, choisi les toujours entières, en vrac ou en sachet papier et labellisées bio. Evite l’achat de plantes en poudre ou en dosettes individuelles sur emballées (vive le plastique !) car les principes actifs se dégradent plus facilement et la qualité de la plante sera plus difficile à contrôler.

Tout comme pour les huiles essentielles, le choix des plantes va dépendre de tes objectifs et de tes besoins.

Quelques idées de plantes de base à avoir dans ton herbothèque :

  • Lavande fine (Lavandula angustifolia)
  • Menthe verte (Mentha spicata)
  • Camomille allemande (Matricaria recutita)
  • Camomille romaine (Chamaemelum nobile)
  • Calendula officinal (Calendula officinalis)
  • Millepertuis perforé (Hypericum perforatum)
  • Coquelicot (Papaver rhoeas)
  • Basilic romain (Ocimum basilicum)
  • Grande consoude (Symphytum officinalis)
  • Romarin (Rosmarinus officinalis)
  • Thym vulgaire (Thymus vulgaris)
  • Sauge officinale (Salvia officinalis)
  • Achillée millefeuille (Achillea millefolium)
  • Echinacée pourpre (Echinacea purpurea)
  • Guimauve officinale (Althea officinalis)
  • Ortie (Urtica dioica)
  • Plantain lancéolé (Plantago lanceolata)
  • Saule blanc (Salix alba)
  • Reine des prés (Filipendula ulmaria)

Conserve-les dans des bocaux en verre hermétiques, à l’abri de la lumière et de l’humidité et pense bien à les étiqueter ;).

Les épices et aromates

Dans la famille « mes produits santé sont dans la cuisine », j’ai nommé : les épices et aromates !

Etonnant ? Pas tant que ça. Depuis des millénaires, l’alimentation reste notre premier geste santé. Et les épices et aromates ne sont pas là juste pour donner bon goût aux plats (et non !). A l’origine, leur utilisation était avant tout médicinale (et l’est encore aujourd’hui, particulièrement dans la tradition ayurvédique).

Par exemple, l’usage du cumin, de l’anis vert et de la coriandre dans les plats devaient avant tout faciliter la digestion et le transit intestinal. La cannelle, le curcuma, le piment et le poivre servaient quand- à eux à désinfecter les aliments dans les pays chauds et réduire les risques de maladie (d’où la cuisine indienne très épicée !).

Et si nos grands-mères avaient toujours quelques pots d’aromatiques sur le rebord de la fenêtre, c’était tout autant pour nous concocter de bons petits plats que pour soigner les petits bobos (ou nous faire avaler leurs horriiiibles pisse-mémé !).

Les épices et aromates peuvent s’utiliser seules entières ou en poudre, en gélules, dans des plats ou des boissons. Elles peuvent aussi être macérées dans du vin, du vinaigre, de l’alcool fort, des huiles ou du miel, composer des baumes, des sirops ou des infusions, servir de cataplasmes…

Alors, pourquoi s’en priver ?

Quelques idées d’épices et d’aromates de base à mettre dans sa pharmacie :

  • Cumin
  • Coriandre
  • Piment
  • Gingembre
  • Cannelle
  • Curcuma
  • Thym
  • Origan
  • Ail
  • Basilic
  • Menthe
  • Romarin
  • Sauge
  • Estragon
  • Sarriette
  • Persil

 

Les légumes, les fruits et céréales qui soignent

Décidément elle va nous faire l’inventaire de sa cuisine celle-là…

Tout comme les épices et aromates, de nombreux légumes, fruits et céréales présentent des propriétés thérapeutiques exceptionnelles et très souvent oubliées.

Riches en minéraux, en vitamines, en fibres et en eau, les choisir frais, bio, de saison et d’excellente qualité garantiront le maintien de ta santé sur la durée.

En cas de faiblesse du système digestif, certains légumes, fruits ou céréales te seront d’une aide précieuse pour nettoyer le foie, réduire les remontées gastriques, aider les digestions difficiles, soulager les reins…

Quoi ? Tu n’as jamais essayé le jus de pomme de terre ou de radis noir cru ? Le sirop de navet, d’oignon ou d’ail ? La tisane de barbe de maïs ?

Roooh ben quand même, tu devrais vraiment essayer, c’est délicieux !

Ah…

On me dit que non….

Bon ben en tous cas, c’est très efficace ! (même le Dr Valnet le dit !).

Sans aller dans ces extrêmes (sauf si tu possèdes une âme d’aventurier gastronomique ou que tu as perdu un pari), les fruits et légumes qui soignent constituent des remèdes maison peu coûteux, efficaces et très faciles à trouver et à utiliser, que ce soit en soupe, en salade, en sirop, en jus qu’en compresse ou en cataplasme.

A titre d’exemple, les légumes à composés soufrés comme le navet, la moutarde, le poireau, l’oignon, l’ail, l’échalote, le radis noir sont particulièrement prisés en cas de toux grasse, de bronchite et d’affections des voies respiratoires.

Les fruits rouges, comme les groseilles, les canneberges, les myrtilles, le cassis, riches en vitamine C et en composés anti-infectieux sont parfait en cas de cystites, grippes, rhumes...

La barbe de maïs, le poireau et l’asperge favorisent le drainage des reins tandis que le radis noir et l’artichaut sont de précieux alliés du foie.

De même les fruits à mucilages, comme la pomme, la poire, la figue, le raisin, le coing, la nèfle soulageront les douleurs de l’estomac en cas de gastrite.

Quant-au chou…. Il sert à tout !

Quelques idées de fruits, légumes et céréales à toujours avoir chez soi :

  • Chou (the must !)
  • Carotte
  • Pomme de terre
  • Pomme (the must bis)
  • Oignon
  • Ail (the must du must bis)
  • Cassis
  • Canneberge
  • Avocat
  • Avoine
  • Poireau
  • Citron (the must du must du… On a compris !)
  • Figue
  • Raisin
  • Groseille
  • Myrtille
  • Mûre
  • Banane
  • Navet
  • Noix
  • Radis noir
  • Tomate
  • Prune

 

Les huiles et beurres végétaux

Les huiles et beurres végétaux sont nombreux et servent le plus souvent à la cuisine ou la cosmétique maison. Mais sais-tu qu’ils peuvent tout à fait s’inclurent dans ta pharmacie ?

Chacun possède des propriétés cosmétiques et thérapeutiques qui lui sont propres.

Utilisées pures, les huiles peuvent soit être avalées sous forme de cure (cure d’huile d’olive, de bourrache ou d’onagre) à la cuillère ou en capsule soit pour les problèmes digestifs, soit pour soigner les problèmes de peau « depuis l’intérieur ».

En application cutanée, elles serviront à nourrir, protéger et réparer la peau et les cheveux des agressions extérieures.

Les huiles et beurres sont également des solvants traditionnellement utilisés pour la préparation de remèdes à base de plantes : macérât huileux, onguents et baumes. Ils peuvent également servir d’ingrédients support pour la dilution des huiles essentielles lors d’une application locale ou en massage.

Pour réaliser un macérât huileux, il suffit simplement de faire macérer plusieurs jours la plante séchée dont on veut extraire les propriétés dans un corps gras, puis de l’utiliser comme tel ou en baume en y ajoutant de la cire d’abeille.

Les corps gras sont très sensibles à la pollution aux métaux lourds et aux pesticides. Pour un usage médicinal, choisi toujours des huiles et beurres bios, vierges et de première pression à froid.

Certaines huiles sont plus sensibles au rancissement que d’autres. De manière générale, conserve-les au frais à l’abri de la lumière et de l’air ambiant (bouteilles fermées hermétiquement).

Quelques exemples d’huiles et de beurres végétaux à avoir dans sa pharmacie :

  • Huile d’Olive
  • Huile d’Amande douce
  • Beurre de Coco
  • Beurre de Karité
  • Huile de Germe de blé
  • Huile de Bourrache

Quelques exemples de macérâts huileux de base :

  • Macérât huileux de Calendula
  • Macérât huileux de Plantain
  • Macérât huileux de Millepertuis
  • Macérât huileux d’Arnica
  • Macérât huileux de Consoude
  • Macérât huileux d’Achillée millefeuille
  • Macérât huileux de Lavande fine
  • Macérât huileux de Gingembre

Pour les transformer en baume, il s’agit simplement de rajouter environ 10 % de cire d’abeille fondue dans le mélange, puis de couler en pot.

Les teintures et alcoolatures

Les teintures de plantes sont aujourd’hui peu connues sauf en homéopathie (en pharmacie, on peut d’ailleurs trouver ce que l’on appelle des teintures-mères).

Ce sont simplement des plantes sèches (teintures) ou fraîches (alcoolatures) qui ont été macérées dans l’alcool.

Je tiens à te prévenir tout de suite : non, ce n’est pas pour prendre l’apéro avec les copains (repose cette bouteille toudisuite nondidiou !!)

En réalité, les teintures de plantes sont des alternatives très intéressantes aux tisanes, pour plusieurs raisons :

  • Elles se conservent plus longtemps (présence d’alcool) ;
  • Elles sont plus faciles à transporter (en vacances, au travail) ;
  • Elles se dosent en nombre de gouttes par verre d’eau (contrairement aux tisanes qui se dosent en nombre de tasses), et donc on en avale moins pour la même efficacité ;
  • Elles sont idéales pour la prise de plantes qui ont mauvais goût.

De plus, elles sont très faciles à fabriquer à la maison : une plante séchée, un peu de vodka ou de rhum, on fait macérer le tout et voilà ! Une teinture home made dont tu connaîtras les ingrédients et qui n’aura presque rien coûté. (bon en vrai la recette est un peu plus complexe, mais ce n’est vraiment pas sorcier !).

Et c’est monsieur qui va être content de voir le bar à apéro se remplir de tout un tas d’alcools de plantes à faire goûter aux amis (chuuut, pas touche on a dit !).

Quelques exemples de teintures de plantes de base à avoir :

  • Teinture d’Echinacée
  • Teinture de Calendula
  • Teinture d’Arnica
  • Teinture de Cannelle
  • Teinture de Consoude
  • Teinture de Pavot de Californie
  • Teinture de Sauge
  • Teinture de Propolis
  • Teinture de Thym

 

Les produits de la ruche

Et pour terminer en beauté, n’oublions pas ces trésors de santé naturelle que sont les produits de la ruche. Miel, propolis, gelée royale, pollen… Leurs propriétés médicinales ne sont plus à démontrer.

Les produits de la ruche peuvent s’utiliser pour tous les petits problèmes du quotidien, que ce soit pour adoucir une gorge irritée ou soigner une plaie avec les propriétés adoucissantes et cicatrisantes du miel, combattre une mauvaise grippe ou des maux de gorge avec les superpouvoirs anti-infectieux de la propolis, soutenir le système immunitaire et les périodes de fatigue avec la gelée royale ou le pollen…

Il y en a pour tous les goûts !

N’oublions pas non plus la cire d’abeille, indispensable dans ton armoire à pharmacie si tu veux fabriquer tes propres onguents, baumes ou crèmes maison.

D’ autres indispensables

D’autres produits indispensables peuvent également trouver refuge dans ta pharmacie naturelle et pourront t’être utiles :

  • Le gel d’Aloès Vera, pour hydrater et apaiser ta peau lors de brûlures ou de coups de soleil ;
  • L’argile verte, pour réaliser des cataplasmes, des emplâtres ou des masques ;
  • Des livres de références en phytothérapie et en aromathérapie.

Et bien évidemment tout ce que tu voudras rajouter au fur et à mesure de tes découvertes !

Pour finir…

Il se peut que tu te retrouves noyé(e) sous la masse d’informations, sans savoir par quoi commencer.

Retiens bien qu’il n’est nullement besoin de tout acheter d’un coup ! Démarres petit, avec seulement une dizaine de produits de bases. Petit à petit, ta pharmacie naturelle va s’étoffer au fur et à mesure de tes besoins du moment, de la saison et de l’amélioration de tes connaissances des plantes.

En cas de doutes sur l’usage de telle ou telle plante ou de telle ou telle huile essentielle, n’hésites surtout pas à aller feuilleter régulièrement quelques bons bouquins qui pourront te renseigner, ou à demander l’avis de spécialistes ;).

Envie de composer ta propre pharmacie naturelle ?

Télécharge ton cahier pratique d’herboriste pour noter tous tes ingrédients et tes recettes et t’aider à composer ta trousse à pharmacie maison !