Aaaaah le joli mois de mai, le retour du soleil, des douces chaleurs annonçant l’été, du chant des oiseaux et des cueillettes dans les prés…

Mais oui tu sais bien, celui où d’un coup, jardins, champs et prairies se parent de leur bel habit rouge, celui qui inspire les artistes tout autant que les âmes rêveuses en mal d’escapades champêtres.

Voici venu le temps des Coquelicots. Ou ne serait-ce pas plutôt des cerises ?  Des tartes aux cerises, des confitures de cerises, des sirops de cerises, des clafoutis aux… bon bref là n’est pas le sujet… (Moi gourmande ? Nooooooon !)

La floraison du Coquelicot, fleur aussi délicate qu’éclatante nous ramènent petits et grands à nos souvenirs d’été…

Pour ma part, avant de me lancer dans l’étude des plantes médicinales, je ne m’étais jamais vraiment intéressée à cette plante commune de nos campagnes. Elle faisait partie du paysage, c’était une belle fleur mellifère, mais c’était à peu près tout.

Longtemps j’ai pensé, comme beaucoup encore aujourd’hui, que la plante était toxique à cause de son latex. Il faut dire que l’amalgame est souvent fait entre le coquelicot et le pavot somnifère : l’un est une médicinale aux propriétés sédatives douces (utilisables par les enfants) tandis que l’autre sécrète un très puissant narcotique dont les molécules chimiques sont utilisées soit comme drogues (opium, héroïne), soit comme médicaments (morphine, codéine).

Il y a donc deux poids deux mesures entre ces deux proches parentes.

Le Coquelicot présente pour sa part plusieurs usages quelques peu oubliés et pourtant très facile à redécouvrir.

Alors, comment profiter de ses bienfaits naturels ?

Les usages, propriétés et bienfaits du Coquelicot 

Dans la pharmacie

Les principes actifs du Coquelicot sont caractérisés par la présence de :

  • Mucilages (aux propriétés adoucissantes des muqueuses) ;
  • D’anthocyanes et de flavonoïdes (aux propriétés anti-oxydantes) ;
  • D’alcaloïdes (la rhoéadine aux propriétés sédatives).

Les pétales sont traditionnellement utilisées pour lutter contre les insomnies infantiles, les toux sèches spasmodiques irritantes (qui ne veulent pas s’arrêter) et les angines.

On l’utilise également en compresses pour soulager les inflammations des paupières.

Le Coquelicot fait partie des 148 plantes médicinales dont les pétales sont autorisées en vente libre sur le marché (et donc ne relevant pas du monopole pharmaceutique).

Une belle preuve de la relative innocuité de cette fleur aux dosages recommandés.

Attention cependant : certaines personnes peuvent être particulières sensibles aux effets du coquelicot. Préférer utiliser une petite dose pour commencer, tester la tolérance à la plante puis augmenter progressivement aux doses usuelles.

En cosmétique 

Les pétales de fleurs peuvent être utilisées en lotion, en compresse sur le visage ou pour composer des crèmes de jour à action adoucissante, hydratante et anti-ride.

En cuisine

Les rosettes de jeunes feuilles au printemps sont comestibles cuites ou crues. Les pétales peuvent être transformés en confitures, en coulis ou parfumer les compotes, les yaourts ou les crèmes dessert. Les graines peuvent être employées comme condiment dans les salades, les pains ou les gâteaux.

Au jardin

Le Coquelicot est une fleur particulièrement prisée des abeilles pour son pollen. Pourquoi ne pas le cultiver ? Ses fleurs pourront égayer le potager tout en attirant les précieux pollinisateurs.

Cueillir et stocker les pétales de Coquelicot

Si tu te sens l’âme vagabonde, munie toi d’un panier au bras, et hop ! Direction les prés ! Choisis un lieu non pollué, loin des villes, des routes, et des champs cultivés (en bref loin de toute civilisation connue à moins de 10 km !) un beau jour de mai ou de juin, le matin après la rosée. Cueille délicatement à la main les pétales des fleurs venant de tout juste de s’épanouir et dispose-les délicatement dans ton panier.

Puis fais les sécher dans un local aéré (mais non venteux) à l’abri de la poussière et de la lumière en les étalant sur un linge ou une claie. Retourne les deux fois par jour pour qu’elles puissent sécher des deux côtés

Lorsque les pétales se craquellent sous tes doigts, celles-ci sont suffisamment sèchent. Tu peux ensuite les stocker soit dans des bocaux en verre, soit dans des sachets en papier kraft dans un lieu propre et sec.

Préparer et utiliser les fleurs de Coquelicot

Infusion de coquelicot

Matériel :

  • Pétales séchées ;
  • De l’eau ;
  • Une casserole en inox ;
  • Un chinois.

Préparation :

  • Utiliser 1 pincée (ou 1 cuillère à soupe) de pétales sèches par tasse (soit 10 à 15 g ou 4 cuillères à soupe par litre d’eau froide ;
  • Dans une casserole, verse l’eau froide sur les pétales ;
  • Faire chauffer l’eau jusqu’à frémissement, puis couper le feu ;
  • Laisser infuser 10 min, puis sucrer avec du miel.

Indications :

Boire 3 tasses par jour dont la dernière au coucher.

 

Sirop de coquelicot

Matériel :

  • Pétales séchées ;
  • De l’eau ;
  • Du miel ;
  • Une casserole en inox ;
  • Un chinois ;
  • Une petite bouteille.

Préparation :

  • Utiliser 60 g de pétales par litre d’eau froide ;
  • Faire une infusion des pétales comme précédemment, puis laisser reposer pendant 3 à 4 heures au frigo ;
  • Filtrer le liquide en pressant les pétales pour en extraire le plus d’eau.
  • Faire tiédir le mélange en y mélangeant du miel, à hauteur de 100 g de miel pour 100 ml d’infusion ;
  • Verser dans des bouteilles stérilisées et hermétiques étiquetées ;
  • Conserver au frigo.

Indications :

  • Pour des enfants de 15 mois à 3 ans : 1 cuillère à café ;
  • Pour des enfants de 3 à 5 ans : 2 cuillères à café par jour (dont une cuillère au coucher);
  • Pour des enfants de 5 à 12 ans : entre 3 à 5 cuillères à café par jour (dont une cuillère au coucher);
  • Adultes, de 5 à 10 cuillères par jour (dont une cuillère au coucher).

En moyenne, on compte 1 cuillère à café par 10 kilos de poids corporel.

Commencer par une petite dose, voir si la plante est bien tolérée puis augmenter la dose si besoin en cas d’insomnie légère ou de toux sèche.

Le sirop de coquelicot pourra aussi être utilisé en cuisine pour aromatiser les salades de fruits, les fromages blancs, les yaourts et boissons.

Lotion et compresse de Coquelicot

pétales coquelicot

Le coquelicot peut aussi servir comme soin de beauté adapté aux peaux sèches et sensibles et pour prévenir les rides.

Matériel :

  • Pétales séchées ;
  • De l’eau ;
  • Une casserole en inox ;
  • Un chinois ;
  • Des compresses
  • Une petite bouteille.

Préparation :

  • Pour préparer une lotion visage au coquelicot, commencer par réaliser une infusion forte de pétales de Coquelicots à hauteur d’une cuillère à soupe pour ¼ litre d’eau ;

Indications :

Utiliser en compresse sur les yeux et le visage. Laisser sécher sans essuyer.

Conserver la lotion quelques jours au réfrigérateur.

Teinture de Coquelicot

Matériel nécessaire :

  • De l’alcool à 50 °C ;
  • Des pétales séchées ;
  • Un grand bocal se fermant de manière hermétique.

Préparation :

  • Broyer les pétales séchées afin d’en faire de petits morceaux (au hachoir ou au moulin à café) ;
  • Placer les pétales dans le bocal ;
  • Verser l’alcool dans le bocal jusqu’à ce qu’il recouvre toute la plante de 5 cm au dessus ;
  • Laisser macérer durant 2 semaines en secouant le bocal tous les jours de manière à répartir l’alcool de façon homogène autour des pétales ;
  • Presser et filtrer le liquide en pressant la plante ;
  • Stocker dans un flacon en verre teinté disposant d’un compte-goutte et étiqueter.

Indications :

Prendre 15 gouttes matin et soir en cure de 20 jours (dosage pour un adulte).

Pour les enfants, utiliser 1 à 2 gouttes par année d’âge par jour à répartir en 2 prises (matin et soir avant le coucher).

Gélules

Matériel :

  • Des pétales séchées ;
  • Un gélulier ;
  • Des gélules vides végétales.

Préparation :

  • Pulvériser les pétales séchés de Coquelicot ;
  • Placer les moitiés de gélules ouvertes dans un gélulier ;
  • Remplir les gélules de poudre de Coquelicot puis les refermer.

Indications :

Prendre entre 2 à 4 gélules au coucher avant de dormir (dosage adulte).

 

Cet article t’a plu ? Partage – le autour de toi !

 

Références :

https://www.altheaprovence.com/blog/coquelicot-papaver-rhoeas/

MULOT Marie-Antoinette, 2007. Secret d’une herboriste. Editions du Dauphin, 590 p.

Dr VALNET Jean, 2001. La Phytothérapie. Editions Vigot, 639 p.

BERNARD Christophe, 2018. Grand manuel pour fabriquer ses remèdes naturels. Editions Jouvence, 256 p.