Quoi ? Non mais c’est quoi encore que cette histoire ? Voilà qu’elle veut nous faire avaler des glands maintenant !!

L’idée de cuisiner des glands de Chêne m’est venue après avoir feuilleté quelques pages des livres de François Couplan et de Steffen Guido Fleishhauer parlant des plantes sauvages comestibles. J’y ai alors découvert un tout nouvel univers, mentionnant que les glands étaient comestibles….

POUF ! THE Révélation !

Il n’en fallu pas plus pour aiguiser ma curiosité et me décider à expérimenter la chose…

J’ai donc sollicité un ami possédant des chênes truffiers pour qu’il me fasse une récolte. Puis, je me suis enfermée dans mon atelier d’Apothicaire ma cuisine pour procéder à une transformation alchimique des plus démoniaques…

Et quelques heures plus tard… Tadaaaaa ! La farine de gland était née !

J’en ai alors profité pour concocter de délicieux cookies à faire déguster à mes cobayes  quelques personnes de mon entourage qui, bien que sceptiques, ont bien voulu se sont laissés tenter.

Et bien crois-le ou non, tout le monde a trouvé cela délicieux ! Et oui, car lorsqu’ils sont bien préparé, les glands peuvent s’avérer aussi délicieux que la châtaigne ! (Oui oui !).

Et ce n’est pas Scrat qui nous dira le contraire, n’est-ce pas Scrat ?

Oh oui, mon gland, c’est le plus beau de tous les glands…

Cela t’intrigue ? Entre dans mon labo, je t’explique comment procéder. (Attention, mauvais jeux de mots proscrits !)

Pourquoi manger des glands ?

Une base alimentaire très ancienne

Les glands de chênes sont remplis d’éléments nutritionnels très intéressants, se composant de  lipides, glucides, protéines et vitamines du groupe B. Ils sont ainsi deux fois plus caloriques que les châtaignes (composées quasi uniquement de glucides).

Utilisés aujourd’hui quasi uniquement pour l’alimentation des sangliers et des porcs d’élevages, les glands sont connus depuis la préhistoire pour leurs grandes propriétés nutritives. C’est ainsi que, bien avant l’avènement de la culture du blé, nos ancêtres chasseurs-cueilleurs l’utilisaient très régulièrement comme base alimentaire.

Puis tout au long de l’histoire, les glands furent utilisés par certains peuples pour remplacer le blé lorsque les récoltes étaient insuffisantes, les préservant ainsi de la famine.

Des propriétés médicinales réputées

Depuis des siècles, le Chêne est utilisé comme remède dans toutes sortes de maladies. Nommé par les Celtes comme « l’arbre par excellence », il fut longtemps sacralisé par les druides, que ce soit pour sa longévité extraordinaire, son houppier majestueux ou ses propriétés médicinales.

Connu pour être un allié du système cardio-vasculaire, c’est de son écorce, de ses glands, de ses galles et de ses feuilles que l’on en tire ses bienfaits. Très riche en tanins, le Chêne présente ainsi des propriétés astringentes, vasoconstrictrices, stomachiques, anti-diarrhéiques, fébrifuges, antiseptiques et anti-inflammatoires.

En herboristerie traditionnelle, les glands se prennent soit sous forme de poudre en infusion (à raison de 30 g par litre d’eau, une tasse après les repas), soit sous forme de glands torréfiés et broyés, appelé « café de gland », puis préparés en infusion selon les mêmes proportions.

Où et quand les ramasser ?

De manière générale, et ce pour toute cueillette de plantes sauvages, assure-toi de bien choisir un lieu exempt de toute pollution. On évitera donc toutes les zones agricoles intensives, les espaces urbains, les bords de route etc… Oui la station d’épuration aussi…

Ramasse toujours par un temps clair et sec, en milieu de matinée une fois la rosée évaporée.

C’est au mois de septembre que les Chênes laissent tomber au sol leurs glands mûrs. Durant cette période, il te sera donc facile de les ramasser au pied des arbres. Choisis toujours des glands sains de l’année en évitant tous les glands noircis, moisis et véreux. Vérifie pour cela la présence de trous dans ton fruit, signe qu’un habitant y a peut-être élu domicile.

Puis stocke ta récolte dans un sac en papier ou un panier, jamais dans un contenant plastique.

Comment préparer les glands pour les rendre comestibles ?

Les glands ainsi ramassés sont très amers et immangeables en raison des tanins qu’ils comportent. Il va donc falloir préparer les glands d’une certaine manière pour qu’ils deviennent comestibles.

Après t’être assurée d’avoir ramassés un nombre suffisant de glands, entaille-les soigneusement avec un couteau acéré (sans te couper !).

Place –les quelques minutes dans une casserole d’eau bouillante, puis écorce les de manière à ne conserver que l’amande.

Hache grossièrement les amandes ainsi dénudées, puis place-les à nouveau dans une eau bouillante claire.

Lorsque l’eau devient rouge de tanins, vide-là, puis remplace là avec de l’eau claire. Lorsqu’elle redevient rouge, remplace-là à nouveau etc…. Jusqu’à ce que l’eau de la dernière cuisson reste claire et que les glands aient perdus la quasi-totalité de leurs tanins.

Une fois lavés de leurs tanins, les glands peuvent se déguster en laissant dans la bouche leur goût délicieusement sucré de châtaigne.

Hummmmm… ça commence à sniffer bon par ici !

Cuisiner les glands de Chêne : recettes

La Tarte de l’oncle Scrat

Prépare une pâte sablée, puis dispose-là sur un plat à tarte.

Prends les glands cuits, puis écrase-les avec un peu d’eau de manière à former une purée.

Dans un récipient, mélange la purée de gland à plusieurs yaourts, une ou deux cuillères à soupe de miel, et une poignée de raisins secs.

Aromatise de gingembre frais râpé ou de cannelle en poudre.

Coule le mélange sur la pâte à tarte, puis mets à cuire à thermostat moyen.

Le pâté végétal de glands

Dans un récipient, mélange de la purée de gland à de l’huile d’olive, des olives concassées, de l’ail, des échalotes, du persil, des baies de genièvres écrasées et un peu de sel.

Dispose le pâté dans un moule, puis mets à cuire à thermostat moyen.

Tartine sur une tranche de pain, puis déguste !

Le Café des gaulois

Prends tes glands décortiqués et cuits, puis fends-les en deux.

Dispose-les à plat dans un récipient, couvre-les puis mets-les à rôtir au four à feu doux (peut se faire aussi à la poêle). Pense à les retourner de temps en temps, jusqu’à ce qu’ils soient tous grillés des deux côtés.

Broye les glands ainsi torréfiés. La mixture peut être incorporée à ton café classique, ou être utilisée directement pour faire du café de glands.

Pour ce faire, mélange une demi-tasse d’eau à 1 à 3 cuillères à café de poudre de gland, puis fais bouillir 3 minutes. Filtre, puis déguste !

La tisane des druides

Nettoie puis mélange :

  • 1 feuille de chêne
  • 1 feuille de Bouleau
  • 2 jeunes feuilles d’ortie
  • 2 à 3 feuilles de plantain
  • 1 pincée de thym
  • 1 pincée de gland moulu

Mets les plantes dans de l’eau froide, puis porte à ébullition. Coupe le feu, et laisse infuser 3 à 4 minutes. Assaisonne avec une cuillère à café de miel, puis déguste.

Cette tisane se boit ponctuellement et avec parcimonie en raison de la forte teneur en tanins. Aussi, il est conseillé de n’en boire qu’un bol par jour maximum.

Elle est d’ailleurs très favorisée pour soutenir le système immunitaire à l’entrée de l’hiver.

Autres idées culinaires à base de glands

La poudre de gland peut aussi servir de condiment alimentaire pouvant être incorporée dans les gâteaux, les galettes ou les pains. Les glands concassés peuvent quant- à eux servir de condiments dans les salades.

Bon appétit !

Aaaah ce que j’aime aller à la la récolte des glands…  Ces promenades bucoliques automnales, l’odeur des champignons qui poussent, quelques romains à baffer… Bref le bonheur quoi !

Et toi, as-tu déjà testé la cuisine aux glands ? Qu’en as-tu pensé ?

Partage ton expérience en commentaire !

 

Références bibliographiques :

Couplan, 2017. Déguster les plantes sauvages. Ed Sang de la Terre, 285 p.

Couplan, 2012.Vivre en pleine nature. Ed. Sang de la Terre, 318 p.

S.G. Fleischhauer, J. Guthmann, R. Spiegelberger, 2007. Plantes sauvages comestibles. Ed. Ulmer, 248 p.

https://www.persee.fr/doc/linly_0366-1326_1959_num_28_1_8033