As-tu déjà entendu parler des synergies d’huiles essentielles ? Assurément, il s’en vend partout et à toutes les sauces !

De la synergie « Nuitée avec Morphée », à la synergie « Musclor après le sport » en passant par la synergie « Atchoum » ou « Romance torride aux épices d’orient », il en existe des milliers dans les boutiques spécialisées…

Oui mais voilà, sais-tu réellement ce qu’est une synergie d’huiles essentielles ?

Réponse A : C’est une combinaison de facteurs agissant en commun pour créer un effet global
Réponse B : C’est un mélange d’huiles essentielles à visée thérapeutique ou de bien-être
Réponse C : Les deux
Réponse E : Pfff non mais c’est quoi ces questions d’intellos encore
Réponse D : Tiens, il reste quoi à manger dans le frigo ?

Si tu as répondu E ou D, pas de panique !

Dans cet article, je t’explique tout sur les synergies d’huiles essentielles et notamment :

  • A quoi elles vont bien pouvoir  te servir au quotidien ;
  • Dans quel cas les utiliser ;
  • Comment les réaliser en toute autonomie en formulant un mélange adapté et efficace pour soigner les petits désagréments du quotidien.

C’est parti !

créer synergie huiles essentielles

 

Qu’est-ce qu’une synergie d’huiles essentielles (et à quoi ça sert) ?

A l’origine, la « Synergie » désigne un phénomène par lequel plusieurs facteurs agissent en commun pour obtenir un effet global plus favorable.

Ce que l’on appelle synergie aromatique n’est rien de moins qu’une association d’huiles essentielles dont la formule a savamment été étudiée pour répondre à un problème donné. Ce mélange va ainsi apporter un résultat plus marqué que lors de l’utilisation d’huiles essentielles prises séparément.

Le simple fait d’associer plusieurs huiles essentielles dans un même mélange va présenter plusieurs avantages :

  • Profiter des bienfaits de plusieurs huiles essentielles en une seule prise (et donc sans surdosage) ;
  • Bénéficier des propriétés complémentaires de chaque huile essentielle pour agir simultanément sur différents organes ou différents systèmes du corps (système nerveux, système immunitaire, système circulatoire …) ;
  • Accroître l’efficacité aromatique du mélange, certaines huiles essentielles présentant un effet supérieur mélangées entre elles que séparées.

Comment formuler son propre mélange d’huiles essentielles ?

La chose paraît compliquée, mais en réalité c’est très simple. Il suffit juste d’un peu de méthode.

Tout d’abord, muni toi d’un joli carnet (que tu rempliras au fur et à mesure de tes futures recettes) ou de la fiche pratique « synergie » que je t’ai préparé à télécharger ici, d’un stylo et note :

1/ Le problème ou l’objectif souhaité

S’agit -il de prévenir un rhume ? Une bronchite ? De diminuer le stress ? De favoriser le sommeil ? De résorber un bleu ? De soulager une migraine ? D’ éviter le mal des transports ?

2/ La liste des propriétés répondant à ton objectif

Avant de passer au choix des huiles essentielles, il est avant tout important que tu te questionne sur les systèmes de ton organisme qui sont mis en cause. S’agit-t’il d’un trouble nerveux ? Circulatoire ? Digestif ? Cutané ? Immunitaire ? Hormonal ?

Prends 5 minutes pour réfléchir, puis note tes idées sur ton carnet. Ensuite, note la liste de toutes les propriétés thérapeutiques qui pourraient, selon toi, résoudre le problème.

EXEMPLE 1 : La synergie “Sommeil”

Si l’objectif souhaité est « de favoriser le sommeil », il faudra donc travailler principalement sur le système nerveux. Les propriétés recherchées devront être :

  • Calmantes ;
  • Sédatives ;
  • Modératrice et réequilibrante du système nerveux sympathique et central ;
  • Relaxante ;
  • Hypnotique…

EXEMPLE 2 : La synergie “Douleurs musculaires” 

Si l’objectif souhaité est de soulager les douleurs musculaires, il faudra donc travailler principalement sur le système nerveux, circulatoire et musculaire. Les propriétés recherchées devront être :

  • Anti-inflammatoire ;
  • Antalgique et anti-douleur ;
  • Anti-spasmodique ;
  • Calmante ;
  • Fluidifiantes sanguine ;
  • Décongestionnantes…

3/ Le choix des huiles essentielles les mieux adaptées à ton l’objectif

Une fois cette première liste établie vient le choix des huiles essentielles les mieux adaptées.

Pour débuter, choisi 3 à 5 huiles essentielles dont les propriétés sont complémentaires et sont susceptibles de répondre à l’objectif initial.

Pour cela, tu peux t’aider de bons livres d’aromathérapie, des sites internet de référence sur le sujet ou même de tableaux de synergies existants.

Puis, pose-toi systématiquement ces questions :

  • Est-ce que cette huile essentielle est adaptée à mon problème ?
  • Quelle est son action ?
  • Sous quelle forme l’utilise-t-on ?
  • Présente-t-elle un risque de toxicité ?
  • Quelles sont ses précautions d’usage ?

Au départ tu trouveras peut-être cet exercice un peu lourd à réaliser, mais à force de recherche et avec un peu d’expérience, tu verras que pour un problème courant ce sont souvent les mêmes mélanges d’huiles essentielles qui reviennent (évidemment, on ne change pas une équipe qui gagne ! ).

De manière générale, privilégie TOUJOURS une huile essentielle que tu connais bien et que tu as l’habitude d’utiliser, ou a minima une huile essentielle présentant peu de risques de toxicité.

 

” Il faut bien évidemment s’adapter à chaque cas. Si une personne présente de graves problèmes de santé, utilise régulièrement des médicaments pour une pathologie chronique, souffre d’une insuffisance cardiaque, rénale, immunitaire, hépatique, présente des troubles nerveux, des allergies, est asthmatiques, est enceinte… Demande TOUJOURS l’avis d’un médecin ou d’un professionnel de santé compétent avant d’utiliser des huiles essentielles. “

 

Reprenons les exemples de nos deux  synergies.

EXEMPLE 1 : La synergie “Sommeil” 

On utilisera 3 huiles essentielles :

  • L’HE de Camomille romaine (Chamaemelum nobile)aux propriétés calmantes et rééquilibrantes du système nerveux central ;
  • L’HE de Lavande fine (Lavandula angustifolia ssp. Angustifolia) aux propriétés calmantes, sédatives, et modératrice du système nerveux sympathique ;
  • L’Essence de zeste de Mandarine (Citrus reticulata) aux propriétés hypnotiques, calmantes, relaxantes et sédative.

EXEMPLE 2 : La synergie “Douleurs musculaires” 

On choisira également 3 huiles essentielles adaptées :

  • L’HE d’Eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) aux propriétés anti-inflammatoires, antalgiques, calmantes, anti-spasmodiques ;
  • L’HE de Gaulthérie (Gaulthéria procumbens) aux propriétés anti-inflammatoires, antalgiques, anti-spasmodiques, vasodilatatrices ;
  • L’HE d’Hélichryse italienne (Helichrysum italicum) aux propriétés fluidifiantes sanguines et lymphatiques, décongestionnantes veineuses, anti-spasmodique, anti-inflammatoires, antalgiques et régénérantes cellulaires.

Tu vois, ce n’est pas sorcier ! Il faut simplement maîtriser un peu de vocabulaire. 😉

4/ La voie d’administration et la dilution la plus adaptée

S’agira-t-il d’une synergie à utiliser en diffusion aérienne ? En inhalation sèche ou humide ? En application cutanée locale ? En massage ?

Certains modes d’utilisation sont en effet mieux adaptés que d’autres selon les cas.

En cas de troubles infectieux des voies ORL et respiratoire, lorsque l’on souhaite favoriser la détente ou créer une ambiance relaxante, quelques gouttes dans un diffuseur, sur un mouchoir ou dans un inhalateur pourront suffire. La synergie n’aura donc pas besoin d’être diluée dans une huile végétale et le mélange pourra être pur ;

En cas d’application cutanée, il faudra le plus souvent diluer la synergie dans une huile végétale.

créer ses synergies d'huiles essentielles

Pour un usage cutané, la dilution va varier selon l’usage et l’organe ciblé. Il est traditionnellement admis d’utiliser les dilutions suivantes :

  • 1 % :   Application dermocosmétique
  • 3 % :   Réparation tégumentaire (nasal/articulaire)
  • 5 % :   Action sur système nerveux central (stress/bien-être)
  • 7 % :   Massage circulatoire (sanguine et lymphatique)
  • 10 % : Massage musculaire, tendineux, articulaire
  • 15 % : Sport (préparation à l’effort, réparation)
  • 20 % : Application systémique (ou locale) sur de petites zones
  • 50 % : Action thérapeutique sur de très petites zones, soit diluées à 50 % (HE dermocaustiques), soit pure (pas de dilution).

Donc, si nous reprenons nos exemples :

EXEMPLE 1 : La synergie “sommeil”

Pas de dilution. Le mélange sera utilisé goutte a goutte dans un diffuseur ou pur sur un mouchoir à utiliser en diffusion aérienne.

EXEMPLE 2 : La synergie “douleurs musculaires”

Dilution  à 10 % dans une huile végétale pour une application cutanée et un massage local.

C’est bon, tu as bien tout noté ?

Parfait, rentrons maintenant dans le vif du sujet.

5/ La formulation du mélange

Il s’agira ici de faire simple. Pas besoin de s’improviser dernier prix nobel de chimie ! Les proportions d’huiles essentielles choisies seront donc réparties à part égales dans la synergie (sauf si tu te sens l’âme créative et que tu cherches plutôt à formuler un parfum).

Choisis dans un premier temps le contenant dans lequel tu veux réaliser ton mélange : s’agit-il d’un roll-on pour une application locale ? D’un flacon codigoutte pour une diffusion ? D’une bouteille pour confectionner une huile de massage ? D’un pot pour la confection d’un baume ?

Détermine le volume final de préparation nécessaire : 5 ml ? 10 ml ? 30 ml ? 50 ml ?

Le calcul des gouttes d’huile essentielle à utiliser va ainsi dépendre :

  • Du volume de ton contenant ;
  • De la dilution retenue ;
  • Du nombre d’huiles essentielles de la synergie.

EXEMPLE 1 : La synergie “sommeil”

Contenant :  Un flacon codigoutte de 5 ml

Dilution : Mélange pur (pas de dilution)

Volume d’huiles essentielles : On divise le volume total du flacon par le nombre d’huiles essentielles de la synergie, soit :

5 ml / 3 = 1,7 ml

La formule sera donc :

  • HE de Camomille romaine = 1 ,7 ml = 59 gouttes*
  • HE de Lavande fine = 1,7 ml = 59 gouttes*
  • HE de Mandarine zeste = 1,7 ml = 59 gouttes*

*1 ml d’HE est égale à 35 gouttes[/col2]

EXEMPLE 2 : La synergie “douleurs musculaires”

Contenant :  Une bouteille de 50 ml

Dilution à 10 %

Volume total d’huiles essentielles :

50 ml (volume contenant) x 0,1 (% de dilution) = 5 ml (volume total d’huiles essentielles)

Puis on redivise le résultat par le nombre d’huiles essentielles de la synergie, soit :

5 ml / 3 = 1,7 ml

La formule sera donc :

  • HE de Gaulthérie = 1,7 ml = 59 gouttes
  • HE d’Eucalyptus citronné = 1,7 ml = 59 gouttes
  • HE d’Hélichryse italienne = 1,7 ml = 59 gouttes

Il suffira ensuite de compléter le flacon avec l’huile végétale de ton choix (ou 45 ml d’HV).

Et voilà le tour est joué !

Pour t’aider, tu peux aussi consulter le tableau de dilution ci-dessous 

dilution des huiles essentielles tableau

Ça y est ! après moultes essais, ratures et annotations sur ton carnet, ouf ! Tu la tiens enfin cette satanée formule de synergie contre les hémorroïdes ! Bon et bien,  il ne reste plus qu’à la tester en passant à l’action…

Fabriquer ta synergie aromatique

1/ Prépare tes ingrédients

  • Flacons d’huiles essentielles ? Check !
  • Huile végétale ? Check !
  • Flacon vide et propre ? Recheck
  • Un petit récipient pour faire tes pesées et tes mélanges ? CHECK !!!! (oui c’est bon on a compris…)

En BONUS :

  • Un petit entonnoir ou des pipettes (pour les flacons a petits embouts) ;
  • Et juste ici… Un petit géranium (juste pour la déco).

2/ Dégage toi un espace de travail propre et… action !

EXEMPLE 1 : La synergie « sommeil »

Prend ton récipient et compte pour chaque huile essentielle le nombre de gouttes adéquat.Puis, verse le mélange dans ton flacon. Rebouche et secoue en faisant des rotations de poignets (oui ça demande un peu de gymnastique)…

EXEMPLE 2 : La synergie « douleurs musculaires » :

La première étape est la même : verse le nombre de goutte nécessaire pour chaque huile essentielle dans ton récipient, puis transvase le mélange dans ta bouteille de 50 ml. Ensuite, complète la bouteille avec l’huile végétale, puis referme le contenant. Secoue le mélange de manière à bien homogénéiser le tout, en faisant des grands 8.

4/ Pense à bien étiqueter !

Note le nom de ta formule, les ingrédients et la date sur le flacon (pour ne pas oublier dans 6 mois ce que c’était que cette mixture étrange dans ton placard…)

Maintenant, c’est à toi !

Crée ta propre synergie, et  viens partager ta recette en commentaire 😉

Tu ne veux rien oublier ?

Télécharge le récap mémo pour t’aider à créer tes propres synergies aromatiques