~ L'herboristerie domestique revisitée ~

Grippe, rhume, bronchite, covid : Quelles plantes médicinales utiliser contre les maux de l’hiver ?

Ça y est, l’automne est là et bien, là, et l’hiver progressivement pointe le bout de son nez. Le vent souffle, les nuits rallongent, la gelée s’installe le matin et les arbres se dégarnissent. L’arrivée de la saison signe le temps du gel, des premiers feux dans le cheminée, des longues soirées netflix sous la couette et aussi… le temps des virus.

Mais si, tu sais, cette période si attendue où tu retrouves avec enthousiasme les joies du nez qui coule, de la toux grasse et des épisodes de grippe cloué(e) au lit…

Et rares sont ceux qui en réchappent.

Enfin sauf si tu as bien lu mon blog et que tu as d’or et déjà mis en place des actions pour prévenir et soutenir tes défenses immunitaires dès les premiers refroidissement en automne, et parfois même dés la fin des vacances d’été !

Sauf que voilà, cela n’a pas suffit, et voilà que les premiers symptômes infectieux (frissons, nez qui coule, gorge qui gratouille ) commencent à se faire sentir…

Pas de panique ! Je t’explique comment utiliser les plantes médicinales pour prévenir et soulager les maux de l’hiver. l

ENFIN tu pourras frimer devant tes collègues de bureau lorsque le concerto des mouchoirs se fera entendre pendant que toi tu pèteras la forme (et ouais les gars, et toc !).

C’est parti !

Les 3 étapes incontournables pour prévenir et soulager les infections hivernales

Etape 1 : Prévenir les maux de l’hiver en soutenant l’immunité

Il existe deux manières principales d’utiliser les plantes pour soutenir ton organisme :

  • En phase préventive (c’est-à-dire AVANT de tomber malade) ;
  • En phase thérapeutique (dès les premiers signes d’affaiblissement et jusqu’à la fin de la convalescence).

Le choix des plantes médicinales à utiliser ne sera ainsi pas le même selon l’état dans lequel on se trouve.

Ici, il s’agit d’aider ton organisme en le préparant à l’hiver, grâce à la mise en place de plusieurs actions pour soutenir ton immunité, et ce, dés le mois d’août !

Il s’agira principalement d’agir sur les 4 grands piliers de l’immunité :

  • L’alimentation
  • Le sommeil
  • Le stress
  • L’exercice physique

Tu trouvera tout le programme pour soutenir ton immunité avant l’hiver dans cet article :

-> Comment renforcer ton immunité naturelle en période d’épidémie ? <-

Etape 2 : Gérer les premiers symptômes de rhume, grippe, angine ou bronchite

A ce moment précis, c’est la course contre la montre : il va falloir agir très vite et frapper fort dès les premiers symptômes pour éviter que la maladie ne s’installe durablement.

Les plantes médicinales sont ici des alliées précieuses pour mater les virus. Mais pour qu’elles soient réellement efficaces contre les maladies hivernales à caractère aigu, il faut absolument réunir deux conditions :

  • Agir et prendre les plantes suffisamment tôt, dès les premiers signes de refroidissement, sans attendre que l’infection ne se propage et ne s’installe ;
  • Ne pas lésiner sur le dosage et être très régulier: privilégier de petites prises toutes les heures ou demi-heures durant les 3 premiers jours plutôt que de grosses doses 2 à 3 fois par jour.

A titre indicatif, les posologies conseillées pour les adultes seront les suivantes :

  • ¼ de tasse de tisane toutes les demi-heure ou ½ tasse toutes les heures, puis 4 tasses par jour ;
  • 1 cuillère à café de sirop de plantes toutes les 2 heures ;
  • ¼ à ½ cuillère à café de teinture de plante toutes les heures ;
  • 1 à 2 gélules de plantes toutes les 2 heures.

Ce dosage doit être maintenu pendant 3 jours durant le pic infectieux, puis on reprendra un dosage normal au 4 ème jour qui devra être poursuivi jusqu’à disparition des symptômes.

Etape 3 : Accompagner la convalescence

A cette étape, il s’agit d’aider ton corps à restaurer ses fonctions, bien fatiguées après avoir lutté contre les pathogènes.Les plantes et remèdes naturels peuvent là encore être d’un grand secours pour se rétablir plus rapidement et en meilleure forme.

Le corps est affaibli, fatigué, et l’apport de nutriments essentielles lui seront d’une grande aide.

Tu pourras alors envisager une cure de plantes reminéralisantes et anti-asthénique durant 2 à trois semaines après la maladie, associé à des plantes immunostimulantes, des compléments de vitamines et de minéraux

Pense également à reprendre une alimentation équilibrée en douceur, sans te forcer, en évitant les plats industriels gras et riches en sucres et protéines.

Privilégie les potages, purées, les légumes, les fruits le poisson et la viande blanche en limitant les céréales, du moins durant la première semaine, histoire que ton système digestif retrouve sa force.

Et pense bien à dormir comme il faut durant cette période de rétablissement, afin de ne pas fatiguer encore plus ton organisme.

Ceci étant dit, il ne te reste plus qu’à choisir quelles plantes utiliser….

Les plantes médicinales incontournables de l’hiver

La prise en charge des infections hivernales nécessite l’usage de plusieurs plantes aux propriétés complémentaires :

  • Des plantes immunostimulantes (prévention, phase infectieuse et convalescence) ;
  • Des plantes anti-infectieuses et anti-inflammatoires (phase infectieuse et convalescence) ;
  • Des plantes de la fièvre à action fébrifuges et diaphorétiques (phase infectieuse et convalescence) ;
  • Des plantes anti-toux émollientes, antitussives et expectorantes (phase infectieuse) ;
  • Des plantes de reconstitution à vitamine C et reminéralisantes (convalescence).

Les plantes immunostimulantes

L’astragale de Chine  (Astragalus membranaceus)

A l’origine utilisée en médecine chinoise, l’Astragale de Chine a largement été adoptée au sein de l’herboristerie moderne. Cette plante agit notamment en prévention des affections respiratoires. Tonique des poumons et tonique général, elle est connue comme grande protectrice des systèmes immunitaires fatigués et surmenés. On utilise sa racine sous forme de poudre, en décoction ou en teinture.

Dès que tu commences à sentir la fatigue et le stress pointer le bout de leur nez, il est alors temps de démarrer une cure préventive d’astragale durant 1 à 2 semaines :

  • En décoction : disposer 15 g à 30 g de racine séchée d’astragale dans 1 litre d’eau froide. Porter à ébullition, et laisser bouillir 10 à 15 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour ;
  • En teinture : 2 à 4 ml de teinture diluée dans l’eau, 3 fois par jour.
  • En gélules : 4 g à 7 g par jour de racine en poudre, en 2 ou 3 prises.

A NOTER : L’Astragale de Chine et l’Echinacée pourpre sont deux plantes complémentaires dans leur action sur le système immunitaire. Dès l’apparition des premiers symptômes, l’Echinacée prend le relais de l’Astragale et sera particulièrement efficace lors de la phase aiguë de l’infection.

Le ginseng (Panax ginseng)

Restons dans la catégorie « exotique » avec une plante qui a souvent fait parler d’elle pour ses propriétés toniques sexuelles et aphrodisiaques. J’ai nommé : le Ginseng ! Et question soutien du système immunitaire, attention, ça ne rigole pas !

Le Ginseng est un puissant tonique général. Il est particulièrement prisé dans les périodes de grande fatigue, d’épuisement ou de convalescence. C’est un grand stimulant du système nerveux et immunitaire dans les périodes de faiblesse générale ou de stress, lors d’infections à répétition. On utilise sa racine sous forme de décoction, en gélule, en ampoule ou en teinture (la teinture étant traditionnellement la forme la plus utilisée).

Voici les différents dosages à utiliser dans le cas d’une cure de Ginseng :

  • En décoction : 5 g par tasse (environ 4 cuillère à soupe par litre d’eau). Porter à ébullition, et faire bouillir 10 à 15 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour durant plusieurs semaines ;
  • En gélule : 2 gélule matin et midi ;
  • Teinture : 15 à 25 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour (matin, midi et fin d’après-midi) durant 4 à 6 semaines. Pas le soir, cela peut t’empêcher de dormir.

L’Eleuthérocoque (Eleuthérocoque senticosus)

Troisième plante exotique : l’Eleuthérocoque. Utilisé comme substitut au Ginseng, c’est une plante qui agit principalement durant les phases de stress chronique. Nous savons qu’une période de stress qui dure va progressivement fatiguer et affaiblir l’organisme. L’Eleuthérocoque va donc agir à la fois sur le stress nerveux et sur le système immunitaire fatigué. Il est donc tout à fait indiqué durant les périodes de surmenage.

On peut le prendre en décoction de racines sèches, en gélule, en poudre ou en teinture.

  • En poudre : Prendre 1 cuillère à café de poudre dans une boisson chaude, un yaourt, une cuillère de miel ou de compote, avant chaque repas durant 4 à 6 semaines ;
  • En gélule : Prendre 2 à 6 gélules par jour durant les repas, pendant 4 à 6 semaines ;
  • En décoction : Mettre une cuillère à café de racines par une tasse d’eau froide. Porter à ébullition et faire bouillir 5 minutes et laissez infuser 10 minutes. Boire avant les repas, 2 à 3 fois par jour ;
  • En teinture : 25 à 30 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour durant 6 semaines.

L’Echinacée pourpre (Echinacea purpurea)

Plante incontournable du système immunitaire, c’est une plante dont on ne peut absolument pas se passer en hiver. Par son action immunostimulante et fortifiante, l’Echinacée va jouer un rôle complémentaire aux autres plantes contre les maladies hivernales. en renforçant l’organisme durant toute la durée de l’infection (et au-delà).

Cette plante va renforcer l’organisme au stimulant la production des globules blancs tout en améliorant leur force défensive contre les pathogènes. Elle sera donc indispensable dans le cas où ton système immunitaire est affaibli suite à une période de stress, de fatigue chronique, en cas carence en vitamine D ou de mauvaise alimentation…

Elle excelle principalement dans les périodes infectieuses, dès les premiers signes de refroidissement dans ton entourage. Son action va également perdurer au-delà de la maladie, durant toute la phase de convalescence en aidant peu à peu le corps à se rétablir. La racine d’Echinacée est traditionnellement utilisée fraîche en alcoolature, ou sèche sous forme de teinture.

En prévention , dès l’apparition des premiers symptômes dans son entourage :

  • Teinture : prendre 1 cuillère à café matin et soir pendant 2 à 3 semaines.

En cas d’infection aigüe, jusqu’à guérison complète :

  • Teinture : Dès l’apparition des symptômes, prendre 1 cuillère à café mélangée à un peu d’eau toutes les 2 heures pendant 3 jours (maximum 5 cuillères à café par jour). Puis prendre 4 cuillères à café par jour jusqu’à disparition des symptômes.

Autres remèdes naturels pour renforcer ton immunité

Il est également possible de prendre régulièrement de la propolis, de la gelée royale, du pollen, de la vitamine C , E et D, ou bien de faire une cure de minéraux (Zinc, Fer, Germanium, Cuivre) dès le début de l’hiver.

Les plantes anti-infectieuses et antivirales

La Sauge (Salvia officinalis)

La sauge est à la fois une plante tonique et stimulante qui aide le corps et l’esprit à retrouver la forme sur le long terme après une période de surmenage, de fatigue ou de convalescence. Son action réchauffante lui permet de réactiver le travail des organes qui tournent au ralenti et de stimuler le système nerveux.Principalement utilisée en infusion, elle s’emploie toujours en mélange en cas de prises durant de longue périodes, associée à d’autres plantes adaptogènes et immunostimulantes.

  • En infusion seule : 4 cuillères à café de feuilles séchées par litre d’eau. Disposer dans l’eau froide, porter à ébullition. Faire infuser 10 minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour pendant une semaine ;
  • En teinture : 30 à 40 gouttes dans un verre d’eau, 2 à 3 fois par jour.
  • Vin de Sauge pour lutter contre la fatigue et les refroidissements hivernaux : Faire macérer 60 g de feuilles fraîches dans 1 litre de vin blanc, aggrémenté de 2 à 3 cuillères à café de miel. Laisser macérer durant 10 jours. Boire midi et soir avant les repas.

L’Ail (Allium sativum)

Aliment-remède par excellence, l’ail est utilisé comme médicament et tonique depuis des milliers d’années. Avant la découverte des antibiotiques, l’ail était un traitement pour de nombreuses infections et servait à panser les blessures pendant la Première Guerre mondiale. Il peut être utilisé contre les infections de la poitrine, du nez et de la gorge, la grippe, le rhume, la bronchite, la coqueluche… C’est un puissant anti-bactérien, antiviral et anti-fongique. Il est excellent pour désinfecter et protèger les poumons par son action mucolytique, fluidifiante, expectorante et antiseptique

L’ail est également un fabuleux remède pour stimuler ton système immunitaire, grâce à ses substances probiotiques (protecteur des intestins, haut lieu de l’immunité) et sa capacité à booster la production de globules blancs. On utilise son bulbe frais, entier ou haché, ou séché sous forme de poudre.

En prévention :

  • Une ou deux gousses chaque matin, ou dans la salade à chaque repas ;

En phase aigüe :

  • En teinture d’ail : 10 à 15 gouttes par jour, 2 fois par jour ;
  • En alcoolature : 20 à 30 gouttes 2 fois par jour ;
  • En décoction : 25 g d’ail haché dans 1 L de lait chaud. Faire infuser 20 minutes. Boire 2 verres par jour pendant 3-4 jours ou prendre 2 à 3 cuillerées pures ou dilué dans une tisane de thym par jour ;
  • En soupe ;
  • En vinaigre : mélanger 1 oignon, 4 gousses d’ail émincées, 4 cuillères à soupe de gingembre frais rapé, 1 cuillère à café de piment en poudre, 3 cuillères à soupe de racine de raifort frais, 1 cuillère à soupe de miel à du vinaigre de cidre. Verser le vinaigre chaud sur les plantes. Laisser reposer 4 semaines. Prendre 1 à 2 cuillères à soupe toutes les 3-4 heures jusqu’à disparition des symptômes.

Il semblerait qu’il soit préférable d’écraser l’ail puis d’attendre 10 minutes avant de le consommer. Cela permet à l’alliine de se transformer en allicine qui présente les fameuses propriétés antiseptiques de l’ail.

Le Gingembre (Zingiber officinale)

Le Gingembre est depuis longtemps utilisé comme plante médicinale. Son action stimulante, décongestionnante et réchauffante lui vaut d’être une alliée précieuse en cas de coup de froid. Elle est ainsi toute indiquée contre les infections gasto-intestinales, les rhume, la grippe et les maux de gorge. Son action sur le système circulatoire lui permet d’ouvrir les artères, d’activer la circulation du sang et donc de réchauffer le corps en entier jusqu’aux extrémités (parfait pour ceux qui ont les pieds froids en hiver). Elle active également la transpiration, ce qui en fait une plante toute indiquée durant les épisodes de fièvre.

On utilise principalement sa racine fraîche ou séchée, en rondelle, hachée ou en poudre.

Pendant une infection hivernale

  • En tisane : ½ cuillère à café de racine fraîche broyée, mélangée à du thym, 1/2 citron et une cuillerée de miel ;
  • En teinture : 10 à 20 gouttes avant chaque repas ;
  • En poudre : 2 gélules 3 fois par jour ;
  • Dans la cuisine !

Le Citron (Citrus × limon)

Le citron est l’un des remède naturel les plus polyvalent. Dans l’idéal, nous devrions toujours avoir un citron à portée de main dans notre cuisine. Outre son aspect alimentaire, le citron présente une teneur élevée en vitamine C (2 fois que dans les oranges) et en potassium.

Ses propriétés sont nombreuses : simulant du système nerveux ; antiseptique, antirhumatismaux, antibactérien, antioxydant et fébrifuge, il favorise également l’activation des globules blancs indispensables à notre système immunitaire. Il est particulièrement efficace contre le rhume et la grippe.

En prévention des épisodes infectieux :

  • Boire une tasse d’eau chaude et de citron tous les jours pour nettoyer l’intestin et augmenter l’alcalinité dans le corps. Idéalement, commencer chaque jour un verre de jus de citron au petit déjeuner ;
  • Cure de citron sur 5 semaines : manger ½ citron par jour, puis monter progressivement jusqu’à arriver à 10 citrons par jour. Redescendre progressivement la dose.

En cas de rhume ou de grippe :

  • Jus de citron : mélanger 20 ml de jus de citron avec 50 ml d’eau chaude, avec un peu de gingembre frais et du miel. Boire 4 à 6 fois par jour.

En cas de maux de gorge :

  • Se gargariser avec un mélange de jus de citron dilué à 50 % dans de l’eau chaude.

La Cannelle (Cinnamomum verum)

Tout comme le Gingembre, la Cannelle est une alliée incontournable en hiver. Elle est principalement indiquée pour lutter contre les périodes de fièvre avec courbature, contre la grippe ou de rhume. Ses propriétés hyperthermisantes et énergisantes stimulent la vitalité de l’organisme en le réchauffant.

Durant les phases de contaminations infectieuses, la cannelle est également un puissant remède antiseptique aux propriétés antivirales et anti-fongiques.

  • En tisane : infusion d’écorce entre 8 à 15 g par L d’eau boire toutes les heures en phase aïgue assortie de miel, de thym et de quelques rondelles de citron ;
  • En poudre : 0,5 à 2 g par jour ;
  • Sous forme de vin chaud : 1 verre avant chaque repas contre les refroidissements les courbatures et les états grippaux ;
  • En grog : mélanger ½ citron pressé, 1 c. à soupe de miel et un grand verre d’eau chaude bouillie avec un fragment de Cannelle et un clou de girofle.

Le Sureau noir (Sambucus nigra)

Le sureau est un remède précieux pour combattre les affections hivernales.

Tonique, anti-viral, anti-catarrhale, anti-inflammatoire, diurétique, et diaphorétique (qui fait baisser la fièvre) le sureau est une plante des plus appropriés pour tous les états fébriles.

Son action conjointe sur la fièvre, le système immunitaire et l’écoulement du mucus des voies respiratoires en fait un allié de taille contre toutes les maladies ORL hivernales.

Il est ainsi particulièrement indiqué contre le rhume, la grippe et la bronchite.

Traditionnellement, le sirop de baies de sureau est un excellent tonique qui peut être fabriqué en automne et consommé tout au long de l’hiver. Et en plus, il est tout simplement délicieux ! Les baies de sureau vont notamment soutenir le système de l’organisme, et seront très efficaces en association à l’Echinacée.

On utile deux parties du Sureau noir : ses fleurs fraîches ou séchées et ses baies mûres, fraîches ou séchées.

  • En tisane : faire une infusion de fleurs de sureau séchées, à raison d’ 1 poignée par L d’eau. Porter à ébullition, couper le feu puis faire infuser 10 minutes. Boire entre 4 à 6 tasses par jour durant toute la période infectieuse ;
  • En sirop : réaliser un sirop à base de baies de sureau fraîches, de racine de gingembre rapé, de clou de girofle et de miel. Prendre 1 à 2 cuillères à soupe dans un verre d’eau, toutes les 3 heures durant la phase aigüe.

Le Thym vulgaire (Thymus vulgaris)

Ce petit arbuste méditerranéen est une plante médicinale à l’action réchauffante et stimulante qui va combattre efficacement les refroidissements et soutenir l’organisme durant les périodes de grande fatigue. A la fois antiseptique, expectorant et stimulant immunitaire (il stimule la production de globules blancs), le Thym reste tout simplement LE meilleur remède naturel pour lutter contre la toux ainsi que l’ensemble des affections respiratoires supérieures et inférieures

Les propriétés du Thym sont par ailleurs des plus performantes lorsqu’on l’associe au Gingembre, au Citron, au Pin sylvestre, au Sapin baumier ou à l’Eucalyptus globuleux dans un mélange.

On utilise traditionnellement ses parties aériennes en infusion, en sirop ou en teinture.

  • En tisane : faire infuser 1 branche par tasse durant 10 minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour en prévention, 1 tasse par heure en cas d’infection respiratoire. Il est possible également d’y ajouter une demi cuillère à café de racine de Gingembre rapé, 1 demi-citron et une cuillère à café de miel par tasse ;
  • En teinture : prendre 30 gouttes dans un peu d’eau, 2 à 3 fois par jour ;
  • En sirop : 1 cuillère à café toutes les 2 heures jusqu’à disparition des symptômes;
  • En huile essentielle de Thym à linalol  : 5 à 10 gouttes dans un bol d’eau chaude, procéder à une inhalation durant 10 minutes à répéter 3 fois par jour.

Les plantes de la toux sèche et grasse

Mauve

Guimauve

Bouillon blanc

Pin sylvestre

Les plantes riches en Vit C et en minéraux

Acérola

Argousier

Eglantier

En résumé

Pour renforcer ton immunité en hiver et éviter de tomber malade, il faut donc :

  • Privilégier une hygiène de vie saine, une alimentation de qualité à base de fruits et légumes cru et cuits, riche en vitamine C et en minéraux ;
  • Ralentir le rythme en adoptant un mode de vie plus slow et mieux adapté à la saison, se prémunir de la fatigue et du stress en écoutant ses rythmes et en se couchant plus tôt ;
  • Soutenir son immunité grâce à des plantes et des compléments alimentaires dès le début du changement de saison (cures) ;
  • Ne pas attendre de tomber malade pour agir, en aidant l’organisme à se défendre dès l’arrivée des premiers symptômes ;
  • Maintenir un dosage en plantes suffisant durant toute la période infectieuse et de la convalescence, jusqu’à rétablissement complet.

Te voilà entièrement paré pour affronter l’hiver à l’abri des virus !

 

5 Comments

  1. Merci pour cette série d’articles 🙂
    C’est exactement ce type d’articles qui me sert chaque année à partir du mois d’octobre.. Des jours comme aujourd’hui, où on se dit qu’on a trop trainé pour ramasser les fruits du jardin car il a gelé pour la première fois 🙁
    C’est très clair, pour ma part j’ai toutes les infos dont j’ai besoin. Même si ce sont des choses que je connais (à force de regarder à chaque automne comment faire passer le rhume plus vite, mes amis sont devenus gingembre et citron, en plus c’est trop bon!), les posologies et type de prise ne sont pas forcément détaillées partout.

    Merci encore pour ton travail et le partage 🙂

    Belle journée.

    1. Avec plaisir, heureuse que tu y ai trouvé les infos que tu cherchais ;). Je constate souvent que les plantes et les propriétées sont souvent trouvables sur internet, mais très peu d’infos existent en ce qui concerne les dosages et posologies sur le web (mis à part de bons bouquins de référence 😉 )

  2. bonjour,
    j’utilise depuis qq années et chaque hiver l’ échinacée pourpre soit en gélules , soit en teinture mère en préventif .
    .la seule année ou je ne l’ai pas fait j’ai eu la grippe.
    la tisane de thym c’est très bien aussi et boire du chauds ça réchauffe le corps l’hiver..

    1. Merci Sabine pour ton retour d’expérience, comme quoi ces deux plantes sont très utiles a connaître, d’autant plus en ce moment !

  3. Simple, explicite,efficace. Les plantes sont de précieuses alliées. Depuis (10 ans) que je profite de leurs innombrables bienfaits je n’utilise plus de médicament au grand dam de mon cardiologue et de mon généraliste. Les plantes sont un sujet passionnant et j’ai retrouvé mes instinct de cueilleur en sillonnant forêts et campagnes à la recherche de nouvelles conquêtes. Merci pour le partage, j’ai adoré votre expression “coureuse des bois”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu aimeras aussi...