~ L'herboristerie domestique revisitée ~

La phytothérapie : est-ce que ça marche vraiment ?

“Quoi ? Ce vieux remède de grand mère là ? Pffff mais arrête, ça ne fonctionne pas. les plantes c’est juste un truc ésotérique de vieille sorcière aigrie, mais dans la vraie vie, si ça fonctionne, c’est que c’est dans la tête ! “

Ou encore “Tu t’es cru chez Panoramix ou quoi ? Redescend de ton nuage, la potion magique c’est juste dans les BD ! “

Peut-être as-tu déjà entendu ce genre de phrase lorsque tu as commencé à t’intéresser au monde des plantes. Et peut-être que toi aussi, avant de commencer à en utiliser, tu t’es déjà demandé si ça fonctionne vraiment et si ce n’était  pas “juste dans ta tête”. Ben oui, c’est vrai qu’en cas de fièvre, vieille tisane diluée VS cacheton de Doliprane, le choix est vite plié.

Pourtant, près de 70 % de la population française à déjà utilisé la phytothérapie. Preuve qu’il y a tout de même un engouement derrière !

“Ok, c’est bien si c’est à la mode, mais moi j’ai déjà essayé et franchement ça ne m’a RIEN fait ! 10 euros pour un paquet de tisane qui ne fonctionne pas, franchement quelle arnaque, on ne m’y reprendra plus !”

Malheureusement, c’est le cas de pas mal de monde. Nombreux sont ceux qui ont essayé de se soigner de manière plus naturelle sans résultat, avec pour conséquence de la déception, et peu à peu, la généralisation que les plantes médicinales, c’est juste un mythe.

Alors la phyto : vrai remède ou placebo ?

Démêlons le vrai du faux.

Les plantes médicinales : de vraies usines chimiques

Contrairement à d’autres types de traitements et de remèdes dits “alternatifs” basés sur le principe de l’information énergétique (comme l’homéopathie ou les fleurs de Bach), les plantes médicinales contiennent de très nombreuses molécules chimiques dans leurs tissus (racines, fleurs, tiges, feuilles, fruits…). Sécrétées par la plante lors de son développement, ce sont ces cocktails de molécules dites “principes actifs” qui possèdent des actions thérapeutiques avérées, reconnues à la fois par des millénaires de tradition médicale tout autant que par la science moderne. D’ailleurs, les articles scientifique concernant l’étude des propriétés et de la chimie des plantes médicinales se multiplient depuis quelques décennies, compilés à une longue lignée de travaux de terrain et d’observation clinique d’immenses médecins reconnus par leurs pairs, comme le Docteur Jean Valnet, le Docteur Henri Leclerc, ou encore le Docteur François-Joseph Cazin, que ce soit en médecine de guerre ou de campagne. (Chapeau bas les gars !)

Ah ouais, ça à quand même l’air sérieux ce truc !

Outre une utilisation reconnue efficace depuis des millénaires par les plus grands médecins des anciennes civilisations (Ancienne égypte, Inde, Grèce et Rome antique, Mayas, Amérindiens, Aborigènes…), l’utilisation de la phytothérapie reste encore aujourd’hui à la base de la pharmacopée conventionnelle. Les plantes sont ainsi largement utilisées soit comme ressources pour l’extraction de molécules médicamenteuses, soit comme matériel de recherche pour la synthèse de nouvelles molécules chimiques présentant une action similaire (biomimétisme), comme l’aspirine, dont la molécule de base est inspirée de l’acide salycilique contenu dans le Saule blanc, la Reine des Prés ou encore la Gaulthérie couchée.

Les plantes médicinales : parfois ça ne fonctionne pas

“Oui mais alors, c’est bien beau tout ça, mais si c’est si sérieux que même les scientifiques s’intéressent à la question, pourquoi avec moi ça ne fonctionne pas ? Est-ce que je suis définitivement anormal ?”

Non pas du tout, c’est arrivé à de très nombreuses personnes, et il existe plusieurs raisons possibles à cela.

A mon sens, les principales peuvent être liées pour 80 % des cas à : une mauvaise qualité des produits ET/OU un mauvais usage de celles-ci.

Voici donc  différentes raisons (non exhaustives) pouvant expliquer pourquoi la phytothérapie n’a pas fonctionné chez toi.

Vouloir être trop pressé

Souvent, on a tendance à considérer les plantes comme un médicament classique. On prend 2 gélules avec un grand verre d’eau, on attend un peu et hop, fini la douleur !

Sauf que… non… Si tu t’attends à ce qu’une plante ait une action aussi rapide qu’un médicament, tu risques fortement d’être déçu(e), et de déclarer (un peu trop rapidement) que ça ne marche pas. Forcément !  Les plantes n’ont pas une action aussi franche et rapide sur des symptômes qu’un médicament monomoléculaire spécialement conçu pour ça. Bien que certains remèdes naturels, très puissants (huiles essentielles) puissent agir rapidement sur l’organisme, ceci n’est pas une généralité et il va te falloir accepter de prendre le temps et de laisser la plante agir sur la durée, de plusieurs jours à plusieurs semaines.

Et oui, la nature nous oblige à faire preuve de patience, à réapprendre à écouter son corps et à écouter son rythme ;).

Classiquement, une cure phytothérapeutique dure de 7 à 21 jours, renouvelable pour un rééquilibrage en profondeur et durable.

Si au bout de 21 jours de prise tu n’observes toujours pas de changement, c’est peut être que le remède n’est tout simplement pas adapté.

Acheter des plantes de mauvaise qualité

La qualité joue un rôle essentiel en herboristerie. Malheureusement, dur dur de connaître la traçabilité d’une plante en boutique spécialisée !

La manière dont elle a été cultivée, récoltée, séchée puis conditionnée peut grandement impacter la richesse en principes actifs du remède.

Aussi, il est courant que des plantes en poudre perdent en efficacité lorsque celles-ci sont stockées depuis trop longtemps (les poudres perdent en effet rapidement leurs propriétés).

Pour t’assurer d’acheter des plantes et des remèdes de qualité, n’hésites pas à choisir des marques de haute qualité et reconnues ou chez de petits producteurs bio, des plantes à tisane vrac entières, et surtout, à les prendre avec un label AB, ECOCERT, Nature et progrès Démeter ou Simple, garants de bonne qualité.

Recevoir un mauvais diagnostic

En herboristerie, on s’attache systématiquement à rechercher la cause du trouble que l’on veut traiter et à individualiser le traitement. A contrario, il est courant que la médecine conventionnelle s’attache principalement à traiter les symptômes.

L’erreur que nous faisons tous est de vouloir traiter uniquement les symptômes, pour que le trouble disparaisse rapidement. Cependant, le problème de fond ne sera pas résolu et risque donc de revenir de manière chronique.

Et c’est là qu’on accusera la plante de ne pas avoir fait son boulot ! En réalité, si la cause n’est pas identifiée avec précision, le remède risque fort de manquer sa cible et donc de ne pas marcher.

Par exemple, si tu fais régulièrement des migraines digestives après des repas un peu chargés et que tu ne traites que les douleurs sans traiter la cause digestive, attends toi à ce que les crises migraineuses reviennent régulièrement (et ici, les plantes anti-migraines à elles-seules ne suffiront pas).

Avoir un mélange inadapté

Plusieurs erreurs peuvent être faites au niveau d’un mélange de plantes, ce qui peut expliquer son inefficacité. Ces erreurs peuvent provenir :

  • Du choix de la plante ou de la partie de plante (mauvaise identification des organes ciblés, utilisation de bractées de Tilleul plutôt que de l’aubier… ) ;
  • Du choix de la mauvaise forme galénique (utilisation d’une tisane avec des plantes à huile ou à résine, préparation de macérats huileux avec des plantes à tanins, erreur de choix  plantes/solvants… ) ;
  • Mélanges de plantes qui annulent ou inversent leurs propriétés mutuelles (ex : mélanger des plantes à tanins avec des plantes à alcaloïdes).

Mal doser le remède

Je ne sais pas si c’est l’effet plantes, mais trop souvent, on a tendance à sous doser les remèdes naturels, particulièrement les tisanes. Quand je dis sous doser, j’entends par là que doser une tisane thérapeutique, ce n’est pas comme doser ton thé du matin, tu sais, avec la petite boule à thé en inox… Et ce n’est pas non plus siroter deux tasses de thym vulgaire en espérant être guéri le lendemain.

Quand je dis doser, c’est doser FRANCHEMENT, c’est à dire à raison d’une cuillère à soupe par bol et une demi tasse par heure s’il-vous plaît, c’est un minimum pour le rhume ! Alors on y va, on y croit ! D’ailleurs, tu peux te référer aux livres du Dr Valnet et du Dr Fournier pour les dosages des tisanes, deux excellentes références pour t’aider.

Quand on étudie un peu la tradition, nos anciens n’étaient pas frileux pour doser, et il était hors de question qu’un remède ne soit pas efficace, surtout chez les paysans des campagnes !

Note que la plupart des plantes médicinales vendues librement dans le commerce présentent très peu de danger à des doses alimentaires classiques.

Globalement tu peux compter 1 cuillère à soupe de plante par bol d’eau avec :

  • Pour les troubles aiguës : 1/2 tasse par heure durant 24 à 72h ;
  • Pour les troubles chroniques : 4 tasses par jour durant 7 à 21 jours.

Ne pas modifier son mode de vie

Une des choses dont il faut être conscient, c’est que les plantes à elles seules ne peuvent pas guérir, ni faire de miracles si tu ne deviens toi-même acteur(trice) dans la prise en charge de ta santé.

En effet, pour que les plantes puissent être efficaces sur la durée, il faut par ailleurs que les trois grands piliers de la santé soient respectés, à savoir :  une alimentation plus saine et équilibrée, un sommeil de qualité et suffisant et la pratique d’exercices physiques réguliers.

Sans cela, tu pourras avaler tous les remèdes naturels que tu veux, si tu manges mac-do tous les jours, il y a peu de chance pour que les plantes puissent t’aider à guérir durablement.

N’oublie pas que l’herboristerie consiste à nettoyer et à accompagner l’organisme dans sa capacité d’autoguérison. Pour que les plantes puissent être efficaces, il est donc primordial de modifier peu à peu tes habitudes de vie pour aider ton corps à retrouver une meilleure santé sur le long terme.

Et voilà, tu sais tout !

Si toi aussi tu as vécu des échecs avec les plantes médicinales, partage ton expérience en commentaire ! Et si tu trouve que cet article est vraiment d’utilité publique, alors partage le vite sur les réseaux sociaux ! 😀

 

Evaluer cet article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Tu aimeras aussi...

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x